Plumes et écailles – 2

Cela fait deux jours que je suis à l’infirmerie. Il paraît qu’il faut que j’aie beaucoup beaucoup de repos. J’ai eu de la visite, néanmoins. Antoine Mâchefer, qui a presque terminé ses séances de rééducation. Sixtine et Charlotte Boulanger, en pleine forme. Les filles de monsieur de Saint-Georges. Par contre, on a interdit à Jules Dacier de me visiter, sous prétexte qu’il ne fallait pas réunir deux catastrophes ambulantes dans une même pièce. Un scandale.

    * * *

Monsieur Arthur de Saint-George en personne m’a visitée et a presque promis de me réintégrer en temps que kiné des dragons de combat. Si je n’ai pas vraiment d’atomes crochus avec lui, je dois dire que j’apprécie énormément Chimney, son dragon.
– Et c’est réciproque.
– Merci Chimney, c’est sympa. J’ai reçu une mauvaise nouvelle, et beaucoup de bonnes. La mauvaise, c’est qu’un dragonneau s’est enfui de la pouponnière. Les bonnes, c’est que :
1- il n’était pas sous ma responsabilité, normal, j’étais dans le coaltar
2- ce n’est pas une des dragonnelles destinées aux jumelles Saint-George

Comme je suis à l’infirmerie, l’enquête a progressé vite (ah ! ah ! comme si j’étais responsable de toutes les catastrophes). Figurez-vous que le dragonneau a été récupéré par une jeune louve du fameux pensionnat des louveteaux que je ne connais que trop bien. Mes paumes gardent encore un souvenir cuisant du temps que j’ai passé là-bas en tant qu’otage volontaire – tout un concept.

La troisième bonne nouvelle, c’est que ce n’est pas moi qui devrais aller au pensionnat. Je suis trop connue et pas assez discrète. Ouf.

La quatrième bonne nouvelle c’est qu’à force de cogiter, monsieur de Saint-Georges en a déduit qu’un espion se trouvait dans nos rangs. Les officiers de la garde se sont récriés, puis ont cherché. Chercher, oui, trouver non. Ils ont même pensé à Jules Dacier ! Non, mais, franchement, s’il est un talentueux espion, je lui tire mon chapeau, parce qu’il passe pour un gaffeur depuis tellement longtemps qu’une telle constance dans le n’importe quoi montre ses capacités d’espion – s’il en est un. En apprenant la nouvelle, il a éclaté de rire et s’est déclaré « flatté ». Je le comprends.

Les recherches se sont poursuivies, du coup, j’ai un nouveau voisin à l’infirmerie. Un voisin, et une gardienne : madame de Saint-George elle même. Son surnom de « dragonne » est pleinement justifié puisque la fumée lui sort du nez et des oreilles. Je m’attends à ce qu’elle crache du feu d’un instant à l’autre. Le lieutenant Danvers a eu la judicieuse idée de suggérer que c’était elle la traîtresse. Il n’aurait pas dû dire cela en sa présence alors qu’elle revenait d’une partie de croquet avec ses filles et qu’elle avait encore le maillet à la main. Un coup de maillet bien placé et boum ! le malheureux a fait un vol plané par la fenêtre. Il a atterri directement dans les plates-bandes. Elles vont bien, je vous remercie. Lui, par contre, ne semble pas très pressé de se réveiller. Je le comprends.

8 réflexions sur “Plumes et écailles – 2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.