Gustave Eiffel et les âmes de fer de Flore Vesco

Présentation de l’éditeur : 

Société très fermée recherche esprits logiques et cœurs aventureux.
À la lecture de cette étrange petite annonce, Gustave Eiffel, ingénieur fraîchement diplômé, tente sa chance. Le voici recruté par la S.S.S.S.S.S. : la Société Super Secrète des Savants en Sciences Surnaturelles, en charge de la protection du pays contre les créatures fantastiques. Après une formation musclée au combat, il rejoint une usine de métallurgie en tant que contremaître pour mener discrètement sa première enquête. On soupçonne en effet la présence d’un dangereux phénix, qui pourrait renaître de ses cendres et incendier la ville. Mais entre des ouvriers peu loquaces et un patron mystérieux, Gustave devra ruser pour découvrir la terrible vérité… Une enquête trépidante sur fond de Révolution industrielle !

Merci à Netgalley et aux éditions Didier Jeunesse pour ce partenariat.

Mon avis : 

J’ai adoré ce livre, qui m’a donné un grand plaisir de lecture. Ce qui m’a attiré tout d’abord chez lui, c’est sa couverture, que j’ai vraiment trouvé très belle, très « steampunk », un genre littéraire que j’aime bien et que je ne lis pas assez. Je n’ai pas lu (encore) Louis Pasteur contre les Loups-Garous, autre volume signé Flore Vesco, ce qui me fait dire qu’il n’est pas besoin de l’avoir lu pour apprécier ce titre.
Et là, vous vous dire : mais pourquoi nous parler de ce titre ? Tout simplement parce que l’on retrouve Louis Pasteur, devenu instructeur pour la S.S.S.S.S.S. : il recrute et forme les nouveaux membres, dont un certain Louis, et un certain Alfred Nobel. Ils ne vont pas devenir inséparables, non, ils seront complémentaires.
Ce roman ne manque pas d’humour. Il faut dire que la formation donnée au sein de la société secrète ne manque pas de piquants, ni de mordants.
Humour, oui, mais pas seulement. La toute première enquête de Gustave Eiffel le plonge au beau milieu d’une usine, dans laquelle la productivité est privilégiée par rapport à l’humain. Nous sommes encore à une époque pendant laquelle le travail des enfants semblait normal, leurs blessures ou leur décès un événement banal. « on n’est rien d’autres que de la chair à machine », dit une des ouvrières. Elle n’a pas tort. Gustave réinjecte un peu d’humanité dans cette machinerie pas si bien huilée.
L’intrigue est habilement construite. Ne ratez pas le basculement de l’intrigue, ni le coup de théâtre final, qui nous fait reconsidérer toute notre lecture.

Publicités

17 réflexions sur “Gustave Eiffel et les âmes de fer de Flore Vesco

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.