Archive | 28 mai 2018

Wonderpark – tome 5 : Discordia de Fabrice Colin

édition Nathan – 140 pages.

¨Présentation de l’éditeur :

Jenn, Mervin et leur petite sœur Zoey ont réussi à rejoindre Discordia, la ville des fous, dont la devise est « Demain est un autre jour, et nous ne savons pas lequel. » Inquiets pour Orage, qui a été enlevée par un serviteur du redoutable Seigneur Langley, les enfants ne savent pas vers qui se tourner pour les aider… jusqu’à ce qu’ils rencontrent un jeune garçon : Tom, le chef des Orpailleurs, une communauté de vagabonds. Peuvent-ils vraiment s’y fier ? Qui croire dans un monde gouverné par la folie ?

Mon avis : 

Après quatre tomes et quatre mondes différents, il est encore possible d’innover avec ce cinquième tome, tout entier tourné vers l’action. Nous retrouvons les personnages non pas là où nous les avons laissés, mais projetés dans un nouveau monde qui défie toutes les règles du bon sens. Bienvenue à Discordia – et non pas en Absurdie, comme on aurait pu tenter de le croire. En effet, ce n’est pas tant que ce monde est absurde, c’est qu’il est changeant, et que ses habitants ne peuvent pas savoir de quoi demain sera fait. Leur impératrice elle-même, dotée de sept fils qui commandent les sept robots géants de la ville, n’est pas un modèle de sérénité.
Les enfants ont mûri au cours de leurs aventures, j’ai presque envie de dire « malheureusement ». Ils ont appris à leur dépend qu’ils ne devaient pas faire confiance au premier venu – pas facile quand on se retrouve seul dans un monde inconnu dont on ne maîtrise pas du tout les codes. Ils font des rencontres, bien sûr, notamment celle de Tom, un jeune homme qui vit en marge d’un monde qui est déjà bien compliqué.
L’action, les rebondissements ne manquent pas dans ce cinquième tome dans lequel on prend à nouveau de la hauteur.
Le sixième tome est paru, il ne me reste plus qu’à me le procurer.

 

Publicités