Archive | 26 mai 2018

Le trésor de l’île sans nom de Gilles Abier

Présentation de l’éditeur :

Un secret et une liberté à défendre !Il existe une île sans nom, qui n’est répertoriée sur aucune carte et qui cache au fond de son volcan éteint le trésor d’une bande de pirates. Si un bateau s’approche, le réveil du volcan est simulé, à grand renfort de feu et d’explosion, si bien que l’île n’est jamais visitée. Nul ne sait donc qu’elle abrite aussi les « coquins » : Morbleue, Flibuste, Gargousse, Babord, Tribord, Cayenne et Fantine sont tous enfants de pirates. Ils reçoivent sur l’île une éducation de qualité. Pas question qu’ils ne parcourent les mers, comme leurs parents. Mais le jour où, ceux-ci partis, une caravelle espagnole file droit sur l’île, sans dévier sa course, les coquins n’ont pas d’autres choix que de se dévoiler et protéger leur secret.

Merci aux éditions Poulpe Fictions et à Babelio pour ce partenariat.

Mon avis : 

Bonjour à tous.
Nous sommes ici pour parler de l’éducation des enfants : il est vraiment difficile de leur donner une éducation de qualité. Nous, La Torgnole et La Viscère, pirates et néanmoins mamans, veillons à ce que nos rejetons et ceux de nos collèges et amis reçoivent une éducation soignée, avec une professeur choisie avec soi, une gouvernante et un veilleur/guetteur/protecteur. Danser le menuet, connaître le latin, tout savoir des bonnes manières, voilà ce qui compte vraiment ! Certes, nous aimons notre métier, cependant nous souhaitons que notre progéniture exercent d’autres professions que la nôtre !
Nous avons également choisi des gardiens hautement différents de ceux que l’on connaît habituellement. Fi des chiens de garde ! Adoptons des chats de garde et un perroquet domestique – vous verrez, ils parviendront sans peine à s’entendre. Ah, nous ne vous l’avons pas précisé : ils vivent sur une île sans nom.
Nous ne vous avons pas encore présenté nos charmants chérubins : Morbleue, Fantine et Cayenne pour les filles, Flibuste, Babord et Tribords (des jumeaux) pour les garçons. Ils sont absolument adorables.
Même avec la meilleure volonté du monde, même avec le meilleur système de défense du monde, un impondérable peut survenir – sous la forme d’un navire qui désire accoster sur notre île qui ne figure sur aucune carte et n’a même pas de nom !
La suite ? Une succession d’impondérables pour l’impondérable qui a décidé d’accoster avec son équipage. Les enfants, tout comme les adultes, ont parfaitement su utiliser les ressources de l’île – et leurs propres ressources. Certaines péripéties sont très drôles, pas forcément pour ceux qui en sont victimes. On compte également des retournements de situation, pour ne pas dire des coups de théâtre assez surprenants.
On nous signale qu’une lectrice (une certaine Sharon) est un peu restée sur sa faim lors du dénouement. Elle espère en savoir plus sur nous, dans une seconde aventure.

 

Publicités