Archive | 25 avril 2018

Journal d’un louveteau garou – 25 avril 2018

Cher journal

En un mot comme en cent
J’irai droit au but
Moi-même je n’en reviens pas.
Figure-toi qu’une authentique louvetelle a déclaré sa flemme à mon frère.
Autant vous dire que j’ai de sérieux doutes sur la lucidité de cette toute jeune membre de la meute.
Il paraît que ses amies n’en avaient déjà plu depuis longtemps.
Là où je suis pleinement rassuré, c’est que mon frère lui a mis un râteau de compétition. Namého, il ne faut pas exagérer, son coeur est à Gentiane, il n’est à personne d’autres.
Sinon, ce sont les vacances. Ouf.
Je commençais à ne plus supporter certains membres de ma classe.
Je vous passe sous silence ceux qui n’ont pas le sens de l’orientation. Un comble quand on est un loup garou.
Je vous passe sous silence ceux qui passent leur temps à se vernir les griffes ou à se mettre du baume sur les coussinets.
Notre vaillant professeur de sport a jeté l’éponge, le gant, les ballons, enfin, tout : il a ouvert un club de jardinage. Et notre professeur de maths, un club de cuisine.
Sur ce, je te laisse, je vais faire la sieste.
Anatole Sganou, 3e Bleu.

Le mur du silence d’Hakan Nesser

Présentation de l’éditeur :

Deux appels anonymes signalent la disparition d’une adolescente séjournant dans un camp de vacances. Bientôt, la police trouve un premier cadavre. Van Veeteren, désigné pour mener l’enquête, découvre non pas un camp de vacances, mais une secte très fermée. Propulsé dans un monde de silence aux règles sinistres, l’inspecteur avance à tâtons, avec pour seul guide son intuition…….

Mon avis :

La dernière enquête d’un commissaire de police est un thème récurrent, que ce soit dans les romans ou dans les séries télévisées – vous noterez dans ce dernier cas, le nombre incroyable de policier qui meurent au cours de cette fameuse dernière enquête. Il reste aussi à déterminer ce qui cause cette dernière enquête : l’heure du départ a-t-elle sonné, ou bien est-ce autre chose qui a motivé ce départ ? De même, dans quel état d’esprit cette ultime enquête est-elle abordée ? Ne surtout pas faire de vague, pour ne pas compromettre un départ dans le calme, ou bien tout donner parce que l’on n’a plus rien à perdre ?
Van Veeteren, lui, n’en peut plus. Il ne supporte plus toutes les horreurs qu’il a vues, et réfléchi sérieusement à changer d’orientation professionnelle. Pour son orientation personnelle, c’est déjà fait : il est divorcé, mais son ex-femme souhaite un rapprochement qu’il est loin de désirer. Oui, ses petits-enfants peuvent mener une vie épanouie sans voir grand-mère et grand-père ensemble. Il projetait d’ailleurs ses prochaines vacances très loin… jusqu’à ce qu’on lui demande un service : rien de très grave, si ce n’est un coup de fil anonyme au sujet d’un camp de vacances. Mais Van Veeteren doit un service, et surtout, ne veut pas laisser un jeune collègue dans la panade. Il se rend donc sur place, et la situation est bien différente.
Camp de vacances ? Non, secte, et c’est pour une préparation à la communion que les parents laissent leurs filles, âgées d’une douzaine d’années, sept semaine dans ce camp, sans communication extérieure – nous sommes en 1997, et les téléphones portables ne sont pas aussi courant que maintenant, et je ne vous parle même pas des communications internet. Secte dont les pratiques ne dérangent quasiment personne – ils sont si discrets ! Même la condamnation du « prêtre » n’a pas empêché les adeptes de se multiplier – les vrais croyants ont toujours été persécutés, n’est-ce pas ?
La réalité se fait plus sombre, plus cruelle quand le corps d’une adolescente est découvert, puis un autre. Mais comment enquêter quand les adultes et les enfants se taisent, et quand le gourou est en fuite ? De là à dire qu’il signe là sa culpabilité, il y a un pas que certains franchissent allègrement, alors que les membres de la Vie Pure lui laissent entièrement leur confiance. Peu importe les méthodes utilisées : enquêter prend du temps quand on se heurte au silence.
Van Veeteren et les autres enquêteurs sont profondément humains – heureusement. Les touches d’humour qui parsèment le récit, leur coup de gueule aussi font du bien. Rester indifférent en certaines circonstances est impossible.