Archive | 15 avril 2018

Le fruit de ma colère de Mehdi Brunet

Présentation de l’éditeur

Le jour où Ackerman vient demander de l’aide à Josey Kowalsky, le compte à rebours a déjà commencé.
Il faut faire vite, agir rapidement.
Josey n’hésite pas un seul instant à venir au secours de cet homme qui, par le passé, a su le comprendre.
Ensemble, ils vont découvrir que la colère et la vengeance peuvent prendre bien des visages.
Et s’il était déjà trop tard ?

Mon avis : 

Tout d’abord, je tiens à remercier le forum Partage-Lecture et les éditions Taurnada pour ce partenariat.
Je découvre avec ce livre l’univers de l’auteur. Le fruit de ma colère est une suite, sans en être une : nous retrouvons Paul Ackerman et Josey Kowalsky, des personnages de Sans raison, mais il n’est pas besoin d’avoir lu ce dernier roman pour apprécier celui-ci, les deux enquêtes sont indépendantes. Ce qui ne l’est pas, en revanche, c’est le lien très fort que Paul et Josey ont noué dans le premier tome, au point que Josey accepte tout de suite de prêter main fort à Paul quand celui-ci fait appel à lui. L’un comme l’autre savent qu’ils sont capables de tout tenter pour parvenir à leurs fins. Un peu effrayant, si on y réfléchit, parce que l’on sait qu’ils ne vont pas hésiter à s’exposer, et à foncer.
Mais ce à quoi ils doivent faire face l’est également, comme nous pouvons le découvrir dans les pages qui sont consacrés à Eric, le jumeau de Paul, avocat de son état, enlevé et séquestré. Il n’est pas le seul. Et de s’interroger sur ce qui l’a amené là, lui, l’avocat pas si différent des autres, si ce n’est qu’il est un bon avocat. Autre moyen d’en savoir un peu plus sur Eric, le lien qui l’unit à son frère jumeau. L’on peut y croire ou pas, mais j’ai aimé ces pages dans lequel on ressent cet amour entre les deux frères.
S’il n’y avait que l’amour, mais il est aussi la colère, et ce qu’elle peut entraîner, le désir de vengeance. Certaines scènes, violentes, sont réellement inquiétantes. Il n’empêche : les pages de ce roman se tournent toutes seules, parce que j’ai vraiment voulu savoir ce qui allait arriver à nos deux enquêteurs. Leur quête les mènera loin, leur volonté de contrecarrer leurs adversaires les fait foncer tête baissée – parce que le temps leur est compté, parce qu’ils suivent les indices, les pistes qui s’offrent à eux. Pas facile quand on se retrouve confronté à quelque chose de plus vaste que ce qui était prévu.
Un troisième ouvrage avec ces personnages ? Si c’était le cas, je le lirai avec plaisir.