Rien de plus grand de Malin Persson Giolito

Présentation de l’éditeur :

La pièce empeste les œufs pourris. L’air est lourd de la fumée des tirs. Tout le monde est transpercé de balles, sauf moi. Je n’ai même pas le moindre bleu.
Stockholm, sa banlieue chic. Dans la salle de classe d’un lycée huppé, cinq personnes gisent sur le sol, perforées de balles. Debout au milieu d’elles, Maja Norberg, dix-huit ans à peine, élève modèle et fille de bonne famille. Son petit copain, le fils de la plus grosse fortune de Suède, et sa meilleure amie, une jolie blonde soucieuse de la paix dans le monde, figurent parmi les victimes, ainsi que Samir, brillant fils d’immigrés décidé à s’affranchir de sa condition.

Neuf mois plus tard, après un battage médiatique qui a dépassé les frontières suédoises, le procès se tient. Mais qui est Maja ? Qu’a-t-elle fait, et pourquoi ?

Mon avis :

Ce livre commence là où d’autres romans ne s’aventure pas, c’est à dire au moment du procès du coupable présumé. Soyons clair : l’opinion publique ne présume rien du tout, et a déjà condamné Maja, accusée de meurtres et de complicité de meurtres. Les preuves, les témoignages sont irréfutables, selon cette même opinion publique. Quelle sera l’issue du procès, et surtout, que s’est-il réellement passé ?
Le roman est raconté du point de vue de Maja. Nous suivons d’un côté le déroulé du procès, de l’autre Maja se souvient de tout ce qui s’est passé avant le jour de la fusillade. Le déroulé du procès est très codifié, et permet de découvrir comment fonctionne le système judiciaire suédois, non en étant didactique, mais en le montrant en action. Maja semble très mature pour son âge, lucide sur ce qui se passe sans être détachée. Elle ne réagit pas comme l’on pouvait s’attendre à ce qu’elle réagisse, comme les personnes qui l’entourent s’attendent à ce qu’elle réagisse. Juge et avocats se trouvent face à une situation inédite, une tueuse de masse présumée ou une victime de plus.
Les souvenirs n’ont pas été pour moi les parties les plus agréables à lire parce que l’on sait où l’on va, l’on sait que ces jeunes gens insouciants n’auront pas l’avenir qu’ils souhaitaient. Maja a un double regard, revivant ce qui s’est passé, examinant ce qui s’est passé à l’aune de son présent et se demandant comment elle aurait pu changer les choses. Maja et la plupart de ses amis faisaient partie de la jeunesse dorée suédoise, cette jeunesse qui avait tout, sauf l’attention, voire l’amour de ses parents. Et je ne vous parle même pas du portrait qui nous est dressé de la société suédoise dans son ensemble. Décidément, les romanciers scandinaves ont très souvent un regard acéré sur leur pays.

 

 

12 réflexions sur “Rien de plus grand de Malin Persson Giolito

  1. Pingback: Challenge Voisins Voisines 2018 – Billet récapitulatif – A propos de livres…

Répondre à Sharon et Nunzi Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.