Pars, le vent se lève de Han Kang

Mon avis :

J’ai beaucoup aimé le dernier roman d’Han Kang, aussi me suis trouvée fort dépourvue quand j’ai fait un blocage à la lecture de ce roman. Je me suis sentie perdue par ses atermoiements. La narratrice, auteur et traductrice, a perdu sa meilleure amie, et un biographe affirme qu’elle s’est suicidée. Je pensais que l’on entrerait dans le vif du sujet, mais les descriptions, parfois hors sujet (l’astronomie) m’ont déjà bloquée. La narratrice se souvient, oui, de son amie, de l’oncle de son amie, qui l’a élevée, des tableaux qu’il peignait de sa technique – autant vous dire que je suis totalement hermétique à l’art pictural coréen.
Je me suis donc mis à analyser le livre. Nous voyons tout à travers les yeux de la narratrice, à travers ce qu’elle veut bien nous révéler, peu à peu, au sujet d’In-Ju et de leurs relations. Son amie a des réactions compliquées à des situations ordinaires. Artiste comme son oncle, elle a perdu un temps la garde de son fils, thème que l’on retrouve dans Leçons de grec. Jeong-Hee n’est pas plus simple. Ses histoires d’amour sont compliquées, inachevées, fugaces ou fugitives, comme si elle choisissait toujours de se placer dans une situation inconfortable.
Son enquête, parce qu’il faut bien nommer ce qu’elle fait ainsi, n’est pas plus simple. Ses démarches nous sont montrées, et aboutir, avoir un interlocuteur au bout du fil ou en face de soi est compliqué. Jeong-Hee a son idée, que tous ne partagent pas. Et la violence est omniprésente. Violence exercée contre Jeong-Hee, violence du régime dictatorial de la Corée, avant qu’il ne cède, dont nous pouvons avoir des exemples. Violence que les personnes s’infligent à elles-même, Jeong-Hee en tête, elle qui a tenté trois fois de se suicider, et sait donc, intuitivement, que son amie n’a pu le faire.
Seulement, connait-elle vraiment In-Ju ou ne sait-elle que ce que cette dernière a bien voulu lui montrer ? Lisant ce roman coréen avec mes yeux d’occidentale, j’ai pensé à la psycho-généalogie, puisque c’est en vertu du comportement de sa propre mère que certains pensent que Jeong-Hee s’est suicidée, même si elle était une artiste, même si elle avait un enfant. Je vois dans ce livre une absence d’espoir – personne ne semble en avoir gardé, personne, sauf Jeong-Hee envers In-Ju ne cherche à remettre l’autre sur pieds, à lui donner l’impulsion qui lui permettra de s’en sortir, quand on n’a pas cherché à enfoncer l’autre. Pulsion de destruction, en plus de l’auto-destruction.
J’aimerai terminer sur une note positive, pour vous donner envie de découvrir ce livre – certains lecteurs ont été bien plus sensibles que moi à son écriture. Le dénouement, peut-être ? Peut-être.
Merci à Babelio et aux éditions Decrescenzo pour ce partenariat.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.