Leçons de grec d’Han Kang

Présentation de l’éditeur :

Leçons de grec est le roman de la grâce retrouvée. Au cœur du livre, une femme et un homme. Elle a perdu sa voix, lui perd peu à peu la vue. Les blessures de ces personnages s’enracinent dans leur jeunesse et les ont coupés du monde. À la faveur d’un incident, ils se rapprochent et, lentement, retrouvent le goût d’aller vers l’autre, le goût de communiquer.

Mon avis : 

Ce roman est en apparence tout simple. Un homme, une femme. La narration alterne, nous entendons parfois l’un, parfois l’autre. Lui est professeur de grec. Ses parents ont quitté la Corée du Sud pour l’Allemagne quand il était enfant. Sa mère et sa soeur, soprano dans un choeur allemand, y vivent toujours et ne comprennent pas que, lui qui perd inexorablement la vue, ait choisi de retourner dans le pays de son enfance où il enseigne sporadiquement à des adultes. Elle est désormais sans emploi depuis qu’elle a perdu l’usage de la parole. Elle a perdu la garde de son fils puisqu’elle a perdu l’usage de la parole depuis la mort de sa mère. Elle a « écrit » à son psy que les deux événements n’étaient pas liés, que c’était plus complexe que cela. Pour essayer de guérir, elle prend des cours de grec, pensant qu’un autre langage que le sien pourra lui permettre de parler à nouveau.
Oui, simple, mais en apparence seulement. Ses deux personnages nous parlent d’abord de la famille, de ce que l’on transmet, ou pas à son enfant, de ce qu’on lui transmet malgré soi, comme la maladie dont est atteint le professeur. Il nous parle de cette Corée et de sa mutation vers la modernité, avec des scènes qu’il serait difficile de concevoir en France, à la même époque. Il nous parle d’amour aussi, celui que l’on refuse, celui que l’on ne peut admettre, celui que l’on regrette.
Perdre l’usage de la parole alors que les mots sont en soi et qu’on les perçoit toujours. Perdre la parole est, trois fois hélas, un ressort si usé dans certains mauvais scénarios qu’il en est complètement distendu. Ici, l’auteur nous montre véritablement, de l’intérieur, ce que c’est de ne plus pouvoir parler, de ne plus pouvoir articuler les sons, que les organes qui servent d’habitude à communiquer s’y refusent désormais. Nous découvrons l’enfermement intérieur de cette femme qui ne peut (ne veut ?) plus communiquer, et, tout comme elle, nous en cherchons les causes, elle qui, toujours, a été passionnée par les sons et par les mots qu’ils constituaient.

 

Publicités

8 réflexions sur “Leçons de grec d’Han Kang

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s