Les chiens de Détroit de Jérôme Loubry

Présentation de l’éditeur :

Une plongée suffocante dans les entrailles pourrissantes de Détroit, devenue cimetière de buildings Novembre 1998. Le corps du petit Peter est découvert dans un buisson de Palmer Park. Il a été enlevé, étranglé puis déposé là par un homme dont la taille, d’après les rares indices récoltés, dépasse de loin celle du commun des mortels. L’enquête est confiée à l’inspecteur Stan Mitchell, alias « le Molosse », un flic violent banni de Washington et exilé à Détroit, cette cité géante autrefois gloire de l’industrie automobile devenue capitale du crime et qui, chaque jour, sombre un peu plus dans la décrépitude. Bientôt, les enlèvements se multiplient et la presse commence à parler du « Géant de brume », croquemitaine terrifiant dévoreur d’enfants décrit par un témoin anonyme. Et tandis que la police patine, que Détroit se vide de ses habitants, Mitchell s’enfonce toujours un peu plus dans l’alcool et la solitude… L’affaire lui est retirée puis, avec le temps, à l’image des maisons de Détroit, abandonnée et oubliée. Quinze ans plus tard, les disparitions recommencent.

Mon avis : 

J’irai droit au but : j’ai dévoré ce livre.
Le personnage principal est la ville de Détroit, dont l’ambiance est magnifiquement rendue. La ville de Détroit, qui ne nourrit plus les siens, qui n’offrent plus de toits à ses habitants – des maisons, comme des fantômes. Ses enfants disparaissent, et la police est impuissante à retrouver le coupable. Des enfants disparaissent, et parfois, les parents ne s’en préoccupent pas, ou tardent à prévenir la police. Désintérêt, perte de confiance. Détroit n’est plus que l’ombre d’elle-même et ne retrouvera pas sa splendeur passée.
Stan vit depuis des années avec les visages de ses enfants décédés. L’affaire avait quasiment été oublié de tous, jusqu’à ce que le tueur resurgisse. Stan et Sarah, policière à la vie personnelle catastrophique, se retrouvent à faire équipe bien malgré elle – Stan ne demande qu’une chose, après tout, enquêter, et il a déjà perdu tellement à cause de cette enquête qu’il lui faut, vraiment, d’autres policiers capables de travailler autant que lui. Pas de s’investir, non – il a payé assez cher ses mois d’enquêtes.
La construction narrative est particulièrement réussie. Oui, l’auteur revient fréquemment en arrière, pourtant à aucun moment le lecteur ne se sent perdu, tant le récit est tissé avec soin.
Un vrai plaisir de lecture pour les amateurs de romans policiers et de romans noirs.

Publicités

11 réflexions sur “Les chiens de Détroit de Jérôme Loubry

  1. Pingback: Les chiens de Détroit – Jérôme Loubry – les cibles d'une lectrice "à visée"

  2. Pingback: Mon bilan du challenge polar et thriller 2017/2018 | deslivresetsharon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.