Mère disparue de Joyce Carol Oates

éditions Points – 514 pages.

Présentation de l’éditeur :

Elle est allongée sur le sol du garage.
Inerte. Ses jolis vêtements sont imprégnés de sang. Épouvantée, Nikki secoue sa mère. En vain. Devant ce corps déjà froid, elle doit se rendre à l’évidence : on l’a assassinée. Pour la retenir encore un peu, Nikki enquête auprès de ses proches, ose les questions qu’elle n’a pas eu le temps de poser. Les réponses ont un parfum de révélations…

Mon avis :

Ce livre est le récit d’un fait divers ordinaire ou presque aux Etats-Unis : une femme a été tuée par un petit délinquant qui est devenu ainsi un meurtrier. « Ordinaire », si ce n’est que cette femme était une mère, comme les autres aussi dira-t-on, mais elle est racontée ici par Nikki, sa fille cadette. C’est elle qui a trouvé le corps, c’est elle qui est le premier témoin et qui va enquêter ensuite, non pour trouver le meurtrier, mais pour en savoir plus sur sa mère.
Nikki, c’était la fille rebelle, celle qui, journaliste, ne fait rien comme tout le monde, ne rentre pas dans le rang et entretient une liaison avec un homme séparé de sa femme qui, lui promet-il, divorcera officiellement bientôt. Mais…. il faut du temps, ses enfants ont besoin de lui, sa femme a besoin de lui. Cet homme, pour charismatique qu’il soit, avait été jugé sévèrement par la mère de Nikki, au grand dam de sa fille. Clare, la fille aînée, est celle qui est davantage dans la norme et dans la morale : mariée, deux enfants, tout semble bien allée pour elle. Perdre leur mère aura des conséquences pour l’une comme pour l’autre.
Non, ce n’est pas non plus une histoire de « la femme qu’était Gwendolyn avant de devenir leur mère ». C’est plutôt l’histoire de la fille qu’elle a été, des relations qu’elle a eu avec sa propre mère avant de devenir mère à son tour. C’est l’histoire d’une jeune fille qui fut entourée de personnes très croyantes, pour ne pas dire trop croyante : quand la foi écarte des autres humains, ce n’est pas une très bonne chose.
Mère disparue, c’est l’histoire de la première année de vie de Nikki sans sa mère. C’est la douleur de revivre sa mort à travers son témoignage, c’est la volonté aussi que son meurtrier ne soit pas condamné à mort, parce que sa mère ne l’aurait pas voulu ainsi.

 

Publicités

23 réflexions sur “Mère disparue de Joyce Carol Oates

  1. tu sais que je n’ai jamais lu de romans de cette auteure alors que j’en ai toujours entendu dire du bien ? J’en possède dans ma PAL, mais vu que je n’ai jamais de planning de lecture, ou que mes plannings, je ne les respecte pas… :/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s