Tombé du ciel de Nikki Goodwind

Présentation de l’éditeur :

Tous les repères de Ridge McCoy, un adolescent de seize ans, se sont écrasés et sont partis en fumée lorsque son père est décédé dans un accident d’avion. Il voit dans ce camp d’été de basket-ball une chance d’améliorer son jeu et d’échapper à ses problèmes quotidiens. Mais il prend un tournant inattendu lorsqu’il rencontre Micah Yougblood, l’homme qui tient le manège du centre commercial local et qui a pour réputation de dévorer les illusions hétérosexuelles des hommes en guise de petit déjeuner, accompagné de pancakes au chocolat.

Merci à Netgalley et aux éditions MxM Bookmark pour ce partenariat.

Mon avis :

Le livre pourrait s’appeler « un amour de vacances » mais non. Ridge participe à un stage de basket parce que son père est mort, parce que son petit frère capte toute l’attention de leur mère et que sa petite amie ne reste avec lui que parce qu’il a perdu son père et que rompre avec lui en ce moment ne serait « pas bien ». Ridge a cependant une image assez juste de ses dons de basketteurs : il deviendra coach, pas professionnel.
Il ne savait pas trop comment allaient se passer ces deux mois, jusqu’à ce qu’il rencontre Micah, un jeune homme tout sauf simple. Ce n’est pas qu’il est gay, non, c’est qu’il se refuse à entrer dans des cases – il tombe amoureux d’une personne, peu importe qu’elle soit une fille ou un garçon (enfin, il n’est pas encore à ce jour tombé amoureux d’une fille). Ridge se demande bien ce qui lui arrive, lui qui n’est pas gay, n’est-ce pas ? Il a une petite amie ! (Excuse classique, bien sûr).
Beaucoup de questionnement dans ce livre, qui pourront toucher les ados-lecteurs. Qu’est-ce qu’un couple gay, finalement ? Comment est-on censé se comporter (ou pas) ? Il est aussi difficile de le faire accepter aux autres que de l’accepter soi-même.
Il est question aussi de la culture indienne, ou plutôt de sa dilution. Micah vit dans une réserve, certes, mais qui n’a rien à voir avec les clichés que Ridge peut avoir en tête. Le grand-père transmet encore, oralement, les contes, sans se reconnaître dans ses petits enfants qui ne sont pas allés à l’école de la réserve, et qui, pour l’un d’entre eux, est gay. Difficile aussi de construire une famille : si Ridge n’a plus de père, Micah, lui, n’en a jamais véritablement eu.
Tombé du ciel est une romance qui sait éviter les clichés. Je lirai le tome 2 avec plaisir.

Publicités

8 réflexions sur “Tombé du ciel de Nikki Goodwind

  1. Pingback: Le mois américain 2017 : billet récapitulatif | Plaisirs à cultiver

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s