La cible était française de Lee Child

Présentation de l’éditeur :

Émoi dans tous les services de sécurité du monde: un inconnu vient de tirer sur le président de la République française à Paris, et la balle est américaine. Le sniper a touché l’écran de protection à la distance phénoménale de 1 400 mètres et l’avertissement est clair : la prochaine fois, ce sera au sommet du G8. Et Dieu sait combien il y fera de victimes.
Mais qui est ce tireur d’élite ? Seuls quatre hommes sont susceptibles d’avoir accompli cet exploit, et l’un deux, John Kott, est un Américain que Jack Reacher a fait mettre en prison quinze ans plus tôt. Aujourd’hui libéré, l’homme reste introuvable. Et c’est Jack Reacher que l’armée missionne en secret pour mettre la main sur le tireur.

Mon avis : 

Retrouver Jack Reacher, c’est un peu comme retrouver James Bond : l’on sait que l’on vivra des aventures mouvementées à ses côtés et que le dénouement le verra partir comme un poor lonesome soldier (pour le cow boy, il lui manque Jolly Jumper).
Après le tome précédent, qui bouclait la boucle en quelque sorte, je me demandais où nous entraîneraient les aventures de Jack Reacher. La réponse est simple : en Europe ! Au passage, on ne peut pas vraiment accuser Jack d’être francophile ou anglophile. La cible était française, nous dit le titre, mais l’autre personne que le tireur cherchait à atteindre, c’était bien Jack Reacher. Dans certains cas, la vengeance est un plat qui se mange froid.
Ce n’est pas tant le passé qui rattrape Jack, que ses souvenirs. La jeune Casey, qui l’accompagne pour cette mission, lui rappelle Dominique, et les mauvaises décisions qui ont conduit à la mort de la jeune femme, des années plus tôt. Casey n’est pas Dominique, ne cesse de se répéter Jack. Il ne cesse non plus de tenter de lui donner davantage confiance en elle, puisqu’elle n’est pas arrivée par hasard à son poste.
Oui, Jack est prévisible, il le dit lui-même, et certaines de ses réactions le sont, effectivement. Et si Casey a encore des états d’âme, pour Jack, il s’agit avant toute chose de se tirer d’affaire, tout en effectuant la mission qui lui a été confiée. Prévisible, on vous dit, mais lucide aussi.
Je me demande où nous entraînerons ces prochaines aventures.

Publicités

3 réflexions sur “La cible était française de Lee Child

  1. Pingback: Bilan n°3 du challenge Polar et Thriller – octobre 2017 | deslivresetsharon

  2. Pingback: Bilan du challenge polar et thriller – janvier 2018 | deslivresetsharon

  3. Pingback: Mon bilan du challenge polar et thriller 2017/2018 | deslivresetsharon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.