Archive | 13 septembre 2017

Marche à l’étoile d’Hélène Montardre

Présentation de l’éditeur :

À 150 années de distance, un jeune esclave enfui d’une plantation du Sud des États-Unis et son descendant, un Américain d’aujourd’hui, entament une traversée. Des montagnes aux vastes plaines, des marécages aux grands fleuves, Billy marche sans répit, traqué par un chasseur d’esclaves. Son but, son étoile : conquérir sa liberté. D’une petite chambre new-yorkaise aux quartiers bourgeois de Bordeaux, Jasper avance dans les pas de son ancêtre. Sa quête : comprendre qui il est.

Merci à Netgalley et aux éditions Rageot pour ce partenariat.

Mon avis : 

Quels sont les livres accessibles pour les adolescents et qui parlent de l’esclavage sans fard ? Mis à part les aventures d’Huckelberry Finn de Mark Twain, il en est peu qui me viennent à l’esprit spontanément. Il en est d’autres, mais il en est peu qui s’intéresse à ma fuite d’un jeune esclave.
Billy est un esclave comme les autres, jusqu’au jour où, convoqué par son maître, il est menacé d’une sanction et s’enfuit. J’ai failli mettre « injustifiée » pour qualifier la sanction, mais il n’était, pour un esclave que des sanctions disproportionnées et injustifiables. A travers les yeux de Billy, nous découvrons l’Amérique en dehors de la plantation qu’il n’a jamais quitté, l’Amérique des esclavagistes, ceux pour qui tous les moyens sont bons pour garder ou retrouver leurs esclaves – la loi est de leur côté, l’Amérique de ceux qui, sans être forcément anti-esclavagistes, considèrent Billy et les siens comme des hommes avant tout, non comme des marchandises. Il en est qui s’engage activement pour aider les esclaves en fuite à gagner le Canada, où ils seront réellement en sécurité. Il suffit parfois de petits riens pour aider mais il s’agit toujours de prendre des risques, et d’en assumer les conséquences.
150 ans plus tard, la vie semble nettement plus simple pour Jasper. C’est par le plus grand des hasards qu’il découvre qui était Billy et qu’il veut partir sur ses traces – y compris celles qui l’ont mené jusqu’aux Etats-Unis. c’est l’autre versant du trafic d’esclaves que nous découvrons avec lui, de l’Afrique au Nouveau Monde en passant par la France, ce fameux commerce triangulaire dont on parle peu, même pendant les cours d’histoire. Si Billy se devait d’avancer dans le secret, Jasper découvre que d’autres secrets ont perduré. Il n’était pas de plantations dans certains états d’Amérique. Il n’était pas de familles françaises qui se sont enrichies par le commerce du bois d’ébène. Il est par contre de jolies histoires pas vraiment vraies que l’on se transmet de génération en génération.
Ce qui m’a intéressé aussi est l’importance qui est donné au nom. Alors que certain(e)s (voir les magazines féminins) attachent peu d’importance au nom de famille, qui n’est pas vraiment le nôtre (a qui est-il alors ?) Jasper veut connaître l’origine du sien, et celui que peut-être, il aurait dû porter. Ôter son identité à quelqu’un, la nier – première étape vers la réificiation.

Publicités