Archive | 19 août 2017

Arsène Lagriffe hors-la-loi de Jennifer Gray

Présentation de l’éditeur :

Arsène Lagriffe, le célèbre chat cambrioleur, accepte la mission que lui confie un mystérieux client : voler les bijoux des habitants de Littleton-sur-Mer ! Mais alors qu’il est adopté par l’inspecteur Cheddar et ses enfants, il commence à se demander si la vie de malfaiteur est vraiment faite pour lui….

Mon avis : 

Laissez-mi vous présenter Arsène Lagriffe (Atticus Claw en VO), un charmant chat indépendant dont l’activité principale consiste à cambrioler pour des commanditaires divers et variés. Il gagne très bien sa vie (vive les maquereaux et les sardines, enfin, surtout les sardines) et voyage beaucoup pour son métier. Justement, il a accepté de quitter Monte-Carlo pour la charmante petite ville de Littleton-su-Mer (il faut aimer le froid et la pluie pour cela) et, sous l’égide d’un gang de pie, ou plutôt de son cerveau, cambriole les maisons de la ville.
Il suffit parfois d’une rencontre pour que tout change. Non, parce qu’Arsène a un certain standing, il ne va pas dormir sous les ponts, ou sur la plage, il réussit donc à se faire adopter par une sympathique famille composé d’un père, d’une mère et de deux enfants qui rêvaient justement d’avoir un animal. Leur père, lui, rêvait plutôt d’une promotion à Scotland Yard, et s’il fallait vraiment passer par la case « animal », de poissons rouges – discrètes, ces petites bêtes.
Tout pourrait aller pour le mieux dans le meilleur des mondes du cambriolage si, pour la première fois sans doute, Arsène ne découvrait pas les conséquences directes de ses actes. Dans une littérature qui banalise certains actes (je pense davantage à la littérature adulte qu’à la littérature jeunesse en disant cela), il est bon de rappeler que oui, on a tout à fait le droit d’être attaché à des objets, que leur valeur peut être plus sentimentale que monétaire, et que personne n’a envie que l’on fouille chez soi en toute impunité. Donc acte.
Dire que cette brusque prise de conscience plaît à tout le monde, ce serait beaucoup dire. Arsène se retrouve donc entraîné dans une série de péripéties telles que l’on peut en trouver dans les romans policiers traditionnels, avec tout de même une pointe d’absurde et de merveilleux.
La galerie de personnages que nous découvrons ne manque pas de saveur, de l’inspecteur Cheddar et sa femme au pécheur Tucker, sa jambe de bois et surtout son épouse, la nounou des enfants Cheddar.
Ce roman n’est pas sans rappeler non plus tous ces romans policiers anglais qui se déroulent dans des petits villages, nous montrent leur vie presque paisible, organisée autour des actes de la vie quotidienne et surtout, autour de châtelains qui n’ont rien à envier à leurs ancêtres.
Arsène Lagriffe comporte à ce jour sept tomes, le troisième sera traduit en novembre 2017. Je continuerai à lire cette série avec plaisir : le tome 2 est à mes côtés pendant que j’écris.

Publicités