Archive | 29 juillet 2017

Le commissaire Morteau et le lieutenant Monceau

Présentation de l’éditeur : 

Besançon, mai 2008. Pierre-Jean Montfort, adjoint au maire et professeur d’histoire donne une conférence pour promouvoir la candidature du réseau Vauban au patrimoine mondial de l’UNESCO. Le lendemain matin, on le retrouve mort au pied de la citadelle. Meurtre ou suicide ? Affaire privée ou coup porté à la candidature de la ville ? Fabien Monceau, jeune lieutenant de police parisien juste nommé à Besançon va mener l’enquête aux côtés du commissaire Morteau, un Franc-Comtois chevronné et bourru. Une enquête difficile menée de main de maître par un duo explosif !

Mon avis : 

Le lieutenant Fabien Monceau m’a fait penser à certains jeunes professeurs que j’ai croisés au cours de ma carrière : Paris, ou le plus proche de Paris, sinon rien ! Pas de bol pour lui : le lieutenant Monceau a placé les villes en ordre alphabétique et se retrouve ainsi à Besançon, dans le joli département du Doubs. Il a cependant de la chance, dans sa mutation malheureuse, il est sous les ordres du commissaire Morteau, qui l’associe étroitement à ses enquêtes. Et des enquêtes, il y en a – le Doubs n’est pas nécessairement un coin de France très calme.

Le première meurtre auquel le jeune lieutenant est confronté est celui d’une sommité, un grand spécialiste des remparts de Vauban, quelqu’un qui oeuvrait pour les faire classer au patrimoine mondial de l’UNESCO. Bref, ce n’était vraiment pas le moment qu’il soit assassiné ! Comme s’il existait un moment propice pour passer de vie à trépas par-dessus les remparts. Et s’il était le seul à mourir : même pas, il n’est que le premier. Et à chaque fois, près de la victime, les mêmes mots : merde à Vauban. A croire, vraiment, que certains ont quelque chose contre l’histoire de leur ville et de ses remparts.

Non, l’enquête n’est pas facile à mener, surtout que les victimes sont toutes membres du conseil municipal de Besançon. Il est des manières plus simples de se débarrasser de ses opposants, ou de se tracer une voie royale jusqu’au fauteuil de maire, n’est-ce pas ? Dire que Monceau s’oppose à Morteau est une évidence : le lieutenant n’apprécie pas vraiment les méthodes du commissaire qui a de plus une forte tendance à apprécier les repas de « sa » cantine et les productions viticoles locales. Pourtant, Morteau n’a pas de problème de couple, puisqu’il n’est plus en couple et que ses enfants …. et bien s’inquiètent pour leur père qui ne mène pas, à leurs yeux, la vie la plus équilibrée qui soit et n’est pas vraiment un pro du rangement. Pourtant, leur père a un confident avec lequel il dialogue fréquemment. C’est même sa fille cadette qui les a présentés ! Quant à Monceau, le jeune lieutenant n’a pas encore de vie de couple à proprement dit, et ce n’est pas cette enquête qui va l’y aider.

Je ne sais pas ce que les habitants de Besançon penseront de ce livre, s’ils y reconnaîtront leur ville, par ses descriptions. Pour ma part, j’ai aimé ce duo de policier, enfin, surtout le commissaire Morteau. Et c’est tout naturellement que j’ai lu juste après le second volume de ses aventures.

Publicités