Archive | 15 juin 2017

Des femmes remarquables de Barbara Pym

Présentation de l’éditeur : 

Londres, dans les années 1950. Mildred Lathbury, jeune femme célibataire au quotidien partagé entre la vie de la paroisse et les tâches domestiques, voit son existence bouleversée lorsque débarque dans son immeuble une fougueuse anthropologue au bras d’un très bel homme…

Merci à Netgalley et aux éditions Belfond pour ce partenariat.

Mon avis :

Barbara Pym est une auteur à mes yeux injustement oubliée, rarement éditée ou rééditée. Cette nouvelle parution est l’occasion de la redécouvrir.
L’action se situe dans le Londres de l’après seconde guerre mondiale, ce qui ne veut pas dire que la situation soit larmoyante. Le milieu dans lequel la narratrice évolue semble assez épargné : des vieilles filles et des vieux garçons qui ont des emplois de bureau, des pasteurs célibataires et pas toujours jeunes.
Londres, oui, mais surtout un de ses quartiers, un quartier de la classe moyenne, ni chic, ni miséreux. Les appartements disposent d’une salle d’eau – à partager. Ou comment discuter avec ses voisins de l’achat du papier toilette et du récurage de la baignoire.
Et justement, le quotidien de Mildred se trouve modifié par l’arrivée d’un couple de locataire, bien différent de ceux qu’elle côtoie. Elle est anthropologue, il est un officier qui a brillé surtout par ses talents d’intendant. Ils se sont mariés, parce que c’était la guerre – et leur couple résiste mal au retour à la vie civile. Le second bouleversement est que le pasteur et sa soeur louent une partie de leur logement à une veuve de pasteur – bien différente de l’idée que l’on peut se faire d’une veuve de pasteur en lisant ce roman.
Bouleversements, oui, mais Mildred n’est pas du genre à se laisser abattre : elle est fille de pasteur, et a l’habitude de tous les impondérables de la vie de pasteur. Elle se définit elle-même comme étant assez commune, banale, avec son travail à mi-temps hors-norme (elle aide les femmes nécessiteuses), sa vie quotidienne si bien réglée, ses vêtements passe-partout. Bref, elle se juge avec justesse, sans s’embellir, sans se dévaloriser. Elle est certes une vieille fille, ce qui n’est pas forcément bien vu, ce qui fait aussi que certaines personnes lui prêtent des sentiments amoureux, des espoirs qui ne sont pas les siens. Mildred, qui connaît bien les petits soucis, les petits conflits que le quotidien peut engendrer – combien de rupture à cause d’un plat brûlé ? – a la sagesse de laisser dire, mais pas de laisser s’installer des situations qui ne lui conviendraient pas.
Oui, Barbara Pym s’intéresse au quotidien, à l’ordinaire, à ses femmes remarquables qui entourent non pas de grands hommes, mais des hommes dont les activités sont répétitives, pas forcément agréables, mais nécessaires pour qu’une communauté fonctionne. Ses femmes remarquables ne sont pas seulement leurs épouses, non, plutôt leurs soeurs, des vieilles filles, les religieuses aussi, des personnes si discrètes que les hommes les remarquent à peine.
Mildred jette un regard non dénué d’humour et d’ironie sur ceux qui l’entourent. Telle une miss Marple sans enquête policière, elle ne manque pas de lucidité sur la nature humaine, bien qu’elle aimerait parfois qu’elle soit différente.
Des femmes remarquables, un roman à remettre en lumière.