Archive | 26 mai 2017

Le fusil de chasse de Yasushi Inoue

Un mois au Japon en compagnie de Lou et Hilde

Présentation de l’éditeur :

Trois lettres, adressées au même homme par trois femmes différentes, forment la texture tragique de ce récit singulier. Au départ, une banale histoire d’adultère. À l’arrivée, l’une des plus belles histoires d’amour de la littérature contemporaine.
Avec une formidable économie de moyens, dans une langue subtilement dépouillée, Yasushi Inoué donne la version éternelle du couple maudit.

Mon avis :

Il est des romans épistolaires réussis (Les liaisons dangereuses), il est des romans épistolaires ratés, datés. Il en est d’autres, comme Le fusil de chasse, dont on oublie complètement qu’il est constitué de lettres.
Nous avons un narrateur, auteur, poète, qui écrit un poème sur (ou plutôt contre) la chasse, poème qui est publié sans faire de vagues – la réception d’un texte, on n’y pense pas toujours. Si, enfin, une lettre, d’un homme qu’avait croisé le narrateur, qui lui avait même inspiré ce texte, et qui s’est reconnu. Les trois lettres qui constituent le coeur de l’ouvrage, c’est lui qui les lui envoie. La première est de la fille d’une lointaine cousine. La seconde est de sa femme. La dernière est de sa lointaine cousine par alliance.
Dans ces lettres, c’est tout ce qui n’a pas été dit qui est exprimée. Trois points de vue féminin – une jeune fille à l’aube de sa vie amoureuse, sa mère et une femme, jeune encore, qui a été trahie au tout début de sa vie d’épouse.  La première et la dernière se rejoignent, finalement, en victimes collatérale de la passion de leur mère pour l’une, de son époux pour l’autre, et si l’on ne sait comment l’une mènera sa vie, on sait comment l’autre a tout mis en oeuvre pour faire souffrir son mari. Mais souffre-t-on réellement quand on n’aime pas ? N’a-t-elle pas blessé qu’elle-même ?
L’on ne peut que se douter de la raison qui a empêcher ces deux êtres de vivre leur amour au grand jour – leur passion aurait-elle eu une telle force si elle n’avait pas été cachée, donc coupable ? Il est des faits qui peuvent aussi surprendre, comme l’adultère qui aurait dû être pardonné par Shaïko , alors même qu’un enfant était né de cette relation (et ne devait vivre que peu de temps, ce qui semble d’attrister personne).
Mais l’on ne peut restreindre une oeuvre si courte et si parfaite à l’examen d’événement. Le ressenti de chaque personnage, la manière dont il a appréhendé ce qui est survenu, la poésie et la délicatesse de l’écriture sont tout aussi importants. C’est un livre que j’ai eu envie de relire aussitôt, et c’est suffisamment rare pour moi pour être signalé.

Asie2