Archive | 11 mai 2017

Mrs Hemingway de Naomi Woods

Présentation de l’éditeur :

Durant l’été éclatant de 1926, Ernest Hemingway et sa femme Hadley partent de Paris pour rejoindre leur villa dans le Sud de la France. Ils nagent, jouent au brige et boivent du gin. Mais où qu’ils aillent, ils sont accompagnés de l’irrésistible Fife, la meilleure amie de Hadley, et l’amante d’Ernest…Hadley est la première Mrs. Hemingway, mais ni elle ni Fife ne sera la dernière. Au fil des décennies, alors que chaque mariage est animé de passion et de tromperie, quatre femmes extraordinaires apprendront ce que c’est que d’aimer – et de perdre – l’écrivain le plus célèbre de sa génération.

Mon avis :

Tout d’abord je tiens à remercier Babelio, les éditions de la Table ronde et Naomi Woods pour ce partenariat et cette rencontre.
La rencontre a eu lieu à la fois avec l’auteur et avec ce livre. Il est des livres que l’on a hâte de refermer, il en est d’autres avec lesquels on ferait bien un bout de chemin supplémentaire, ce fut le cas avec celui-ci.
J’admets ne pas avoir fait attention, mais je me suis rendue compte que je collectionnais les romans qui avaient à voir avec Ernest Hemingway, depuis quelques années, qu’il en soit le héros ou que ce soit l’une ou l’autre de ses femmes (voir également le téléfilm Hemingway & Gellhorn avec Clive Owen et Nicole Kidman).
Mais revenons à ce roman, composé de quatre parties, chacune consacré à une des quatre femmes d’Hemingway. Ou plutôt, chacune est consacrée à un moment charnière de leur vie : celui où une autre femme entre en scène, comme si Ernest ne pouvait concevoir sa vie amoureuse qu’en un trio. Toutes voulaient être Mrs Hemingway, sauf Martha Gellhorn qui ne voulait pas être vue comme la femme d’un illustre écrivain, mais exister par elle-même.
Vivre avec Hemingway était éprouvant, épuisant, usant, et ce presque dès le premier jour. Mary, qui fut la dernière Mrs Hemingway, qui écrivit son autobiographie, pourrait en témoigner. Il y avait certes un monde entre les débuts, difficiles, la pauvreté, l’exiguïté du premier appartement parisien et l’aisance, la reconnaissance qu’il connut ensuite, cependant Ernest restait un être tourmenté, un auteur exigeant qui ne se passait rien en ce qui concernait l’écriture, un homme qui bâtit sa légende de son vivant. Ses femmes restèrent unies, aussi étrange que leur amitié puisse paraître. Hadley et Fife continuèrent à correspondre jusqu’à la mort de Fife – la seule qui ne survécut pas à Ernest.
Au cours de ce roman, nous découvrons aussi ceux qui sont proches d’Ernest, qui ont partagé sa vie – et ses tourments, l’on en revient toujours là.
Mrs Hemingway, un roman passionnant pour tous les fans d’Hemingway et de littérature américaine.