Sauveur et fils, saison 3 de Marie-Aude Murail

Présentation de l’éditeur :

Au numéro 12 de la rue des Murlins, à Orléans, vit Sauveur Saint-Yves, un psychologue antillais de 40 ans, 1,90 mètre pour 80 kg. Dans son cabinet de thérapeute, Sauveur reçoit des cas étranges comme ce monsieur Kermartin qui pense que ses voisins du dessus ont installé une caméra de vidéosurveillance dans le plafond de sa chambre à coucher ou comme Gervaise Germain qui s’interdit de prononcer le son « mal » par crainte qu il ne lui arrive un MALheur. Mais Sauveur reçoit surtout la souffrance ordinaire des enfants et des adolescents : Maïlys, 4 ans, qui se tape la tête contre les murs pour attirer l’attention de ses parents, Ella, 13 ans, cyberharcelée par ses camarades de classe, Gabin, 17 ans, qui ne va plus au lycée depuis qu’il passe ses nuits dans World of Warcraft, Margaux, 15 ans, qui en est à sa deuxième tentative de suicide ou sa sœur, Blandine, 12 ans, que son père aimerait mettre sous Ritaline pour la « calmer »…Sauveur peut-il les sauver ? Il n’a que le pouvoir de la parole. Il ne croit pas au Père Noël, mais il croit en l’être humain.

Précision : le livre a été lu, la chronique débuté avant les événements de Londres. Il ne faut jamais baisser les bras.

Mon avis :

Que dire, si ce n’est que ce troisième roman est très réussi et conclut en beauté ce cycle romanesque ? Et bien voilà, c’est dit !
Nous avions laissé certains personnages dans une situation plus que difficile, nous les retrouvons quasiment dans la même situation. Et oui, l’auteur ne choisit pas la facilité en résolvant leurs problèmes d’un coup de baguette magique, ou en profitant de l’ellipse narrative qui prend place entre les deux tomes. Là, pour le coup, cela aurait été vraiment décevant.
Encore une fois, Marie Aude Murail ose parler de tous les sujets, et elle en parle très bien. Elle n’est pas tendre avec les médecins qui prescrivent des médicaments à leurs patients, quel que soit leur âge, plutôt que de prendre le temps de les écouter. Elle me rappelle ainsi le regretté Pierre Bottero, qui montrait que certains « spécialistes » avaient déjà un diagnostic tout prêt, et la souffrance de leur patient se devaient de coller à celui-ci (voir Le garçon qui voulait courir vite). L’un comme l’autre rappellent qu’il est des médecins qui prennent le temps de regarder, d’écouter leurs patients, qu’ils soient généralistes ou spécialistes.
Moins de hamsters dans ce troisième tome, même si l’on assiste encore à quelques lâchés de Bidule lors des petits déjeuners dominicaux. Tout autant de situations parfois très cocasses à force de tragique – ou comment résister, pour Sauveur, à la tentation de passer par la fenêtre un patient qui n’a que trop tendance à passer à travers elle. Pas de situations convenues : tout ne se termine pas comme on aurait pu s’y attendre. Jusqu’au dénouement, la facilité est absente. A la fin du livre, Marie-Aude Murail nous livre d’ailleurs ses sources d’inspiration – force est de constater que j’en connaissais déjà beaucoup.
Sauveur et fils : une trilogie très réussie.

Publicités

16 réflexions sur “Sauveur et fils, saison 3 de Marie-Aude Murail

  1. J’ai beaucoup aimé le tome 1 et envoyant que tu as autant aimé le tome 3, je vais poursuivre (je viens aujourd’hui de réserver le tome 2 à la médiathèque!)

  2. Pingback: [Challenge jeunesse / young adult #6] Bilan 7 – Muti et ses livres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s