Peur sur le volcan de John Erich Nielsen

Présentation de l’éditeur :

Archie mon neveu ne m’écoute jamais ! Je l’avais pourtant prévenu que cette randonnée ne me disait rien qui vaille…Quelle idée aussi ! Grimper sur un volcan le jour de Noël, alors que nous passons des vacances sans histoires sous le soleil des Canaries. Deux morts ! Vous vous rendez compte ? Une touriste étrangère, et John Hatchington, le leader mondial de l’industrie pneumatique. Deux accidents à ce qu’il paraît…Dire que mon neveu aurait très bien pu lui aussi…mon Dieu ! Je préfère encore ne pas y penser.

Mon avis :

Ceci est le second tome des aventures d’Archie, policier écossais au physique improbable, qui s’accorde des vacances avec sa tante – ou plutôt, celle-ci l’a quasiment forcé à enfin se reposer. C’est qu’elle tient à lui, qui ne sait pas se montrer raisonnable ! Tout allait bien, presque trop bien en cette veille de Noël jusqu’à ce que notre enquêteur décide de partir en randonnée sur un volcan. Bien la peine de partir au soleil !
Dire que l’escalade est rude est un euphémisme. Les autres participants ne sont pas forcément non plus des randonneurs aguerris, et le guide pourrait s’arracher les cheveux, s’il avait un peu plus de loisirs. Les incidents humains ne sont pas les seuls en cause, la nature est toujours la plus forte.
Si l’intrigue tarde un peu à se mettre en place, le dénouement est suffisamment surprenant, inscrit dans l’air du temps (malheureusement) pour que la lecture en vaille la peine. La notion de « dommage collatéral » n’est pas un vain mot – et avoir des idées « de génie » peuvent avoir des conséquences que certains se refusent complètement à prévoir.

a sharon pour logo polar 5(1)

Publicités

11 réflexions sur “Peur sur le volcan de John Erich Nielsen

  1. Pingback: Mois du polar 2017 | deslivresetsharon

  2. « Grimper sur un volcan le jour de Noël, alors que nous passons des vacances sans histoires sous le soleil des Canaries » ??? Non mais allo quoi ?? Quand tu es au soleil pour Nowel, tu vas pas faire de a grimpette sur un volcan, sauf si c’est le volcan est une métaphore pour parler d’une femme chaude bouillante et que tu es un mec avec un grand tuyau pour éteindre l’incendie… 😆

  3. Pingback: Bilan du mois du polar février 2017 | deslivresetsharon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s