Archive | 5 février 2017

Quart de frère, quart de soeur de Sophie Andriasen

Présentation de l’éditeur :

Quart de frère, quart de soeur, c’est l’histoire d’une famille recomposée comme il en existe beaucoup, racontée du point de vue alterné d’Arthur et Viviane, qui se détestent à l’école et vont apprendre à s’aimer, en vivant sous le même toit. Drôle et rythmée comme une série, ce roman ouvre le récit en plusieurs tomes des aventures familiales d’Arthur et Viviane que tout oppose mais que l’amour réciproque de leurs parents va réunir.

Mon avis :

Ce roman de littérature jeunesse est dans l’air du temps. En effet, il met en scène une famille en train de se recomposer. D’un côté, nous avons le très sérieux Arthur, qui est élu l’élève le plus cool de l’école depuis le CP – tout comme Viviane, on peut se demander comment il obtient ce titre tous les ans. Il est muni de deux petites soeurs jumelles monozygotes et insupportables (à ses yeux). D’autres les trouveraient trop mignonnes, elles semblent être aussi fantasques que Ludivine, leur mère, costumière de son état, et très douée pour faire brûler les gâteaux. De l’autre, nous avons Viviane : c’est la première fois qu’elle vient en métropole, et elle n’a pas l’intention de se laisser impressionner ou transformer par ses camarades de classe. Par ici, les robes et les ensembles colorés, les bijoux fantaisies (ah ! les boucles d’oreilles  en forme de perroquet !) et les vingt-quatre couettes que son papa, pilote d’avion, aide à confectionner. Autant dire que les deux enfants ne sont pas vraiment fait pour s’entendre, et, apparemment, les parents non plus, puisqu’ils viennent d’horizon professionnels très différents. Et pourtant… les enfants devront faire avec, ou plutôt sans envie de constituer une famille. Non, tous les coups ne sont pas permis, mais certaines attaques sont assez basiques (la bataille de boules de neige, la cartouche d’encre éclatée, etc, etc…).
Ce roman est très facile à lire, pour des enfants à partir de neuf ans. Les illustrations sont colorées, et parfaitement intégrées au récit. Les chapitres alternent les points de vue interne d’Arthur et de Viviane, dont les prénoms, ma foi, m’évoquent fortement les chevaliers de la table ronde. Bonus : le fameux journal des métiers que les élèves se sont donnés tant de mal à écrire.
Quart de frère, quart de soeur est le début d’une jolie série.

Publicités