Archive | 13 décembre 2016

Le mari de mon frère 2 de Gengoroh Tagame

Présentation de l’éditeur :

La petite Kana est aux anges ! Entre son nouvel oncle venu du Canada, mais aussi l’arrivée surprise de sa mère, la fillette à de nombreuses raisons de se réjouir ! Mais tout le monde, dans le voisinage, ne regarde pas d’un oeil bienveillant l’arrivée d’un homosexuel dans le quartier… Une occasion parfaite, pour Yaichi, de continuer à remettre en cause ses certitudes !

Mon avis :

Le second tome de ce manga commence là où s’était terminé le premier tome : l’arrivée de la maman de Kana. Coup de théâtre, donc, puisque le lecteur avait cru comprendre qu’elle était décédée. Les apparences sont trompeuses, et l’amour peut perdurer de bien des manières. De même, la présence de ce beau-frère hors norme provoque des révélations dans le quartier.
Il révèle le moins bon : l’homophobie ordinaire qui passe par les mesquineries, le fait que Mike, cet oncle canadien homosexuel pourrait avoir une mauvaise influence sur Kana et sur ses amies – il en faudrait un peu plus à la petite fille pour qu’elle se désintéresse de lui. Il révèle aussi l’isolement des jeunes homosexuels, le fait qu’ils n’ont personne à qui parler, se confier, révéler leurs doutes et leurs inquiétudes. Il amène Yaichi à s’interroger – enfin, pourrai-je dire – sur ce qu’a ressenti son frère. Celui-ci est toujours représenté de la même manière, de dos, de trois quart dos, silhouette floue, s’effaçant un peu. La gémellité est là, mais il n’est pas question d’oublier qu’un des jumeaux est vivant, l’autre non.
Manga sur la difficulté d’être différent, Le mari de mon frère confronte aussi, sur d’autres sujets, la culture japonaise et la culture américano-canadienne, qu’il s’agisse de cuisine, ou de tatouage. La signification de ces derniers est bien différente d’un pays à l’autre.
Le mari de mon frère, un manga pour parler avec simplicité de différences qui irritent certains.

Asie2