Archive | 11 décembre 2016

Le royaume immobile de Pierre Pevel

Présentation de l’éditeur :

Alors que tout le monde ne songe qu’aux prochaines élections du Parlement des Fées, Griffont doit aider un ami soupçonné de meurtre. De son côté, Isabel se trouve aux prises avec de dangereux anarchistes venus de l’OutreMonde et décidés à ensanglanter Paris pour se faire entendre.Mais les deux affaires pourraient bien être liées.

Mon avis :

Comme il est dommage de se quitter ! Mais comme il est agréable de se quitter sur un troisième tome aussi bon que les précédents.
Griffont et Isabel sont égaux à eux mêmes, fidèles à eux mêmes. J’aurai envie de vous parler de leur amour, avouez que ce serait un peu niais, même s’ils s’aiment véritablement ces deux-là, au moins autant que l’un aime la mécanique, et l’autre l’aventure. Tous deux en tout cas aiment leur liberté, pas liberté amoureuse, non liberté face aux charges que la cour aurait pu ou pourrait leur imposer. Pour être mage, Griffont n’en est pas moins un être qui déteste les complots et les compromissions.
Pourtant, lui et Isabel se retrouvent à nouveau au coeur d’une intrigue qui les concerne de très près. Le mage du cercle cyan voit un de ses amis impliqué dans une affaire d’honneur, puis soupçonné de meurtre. Isabel voit ressurgir le drame qui fait qu’Aurélia (son prénom dans OutreMonde) a dû s’exiler sur terre. Comment faire éclater la vérité ? Comment empêcher que les vieux complots ne reviennent sur le devant de la scène, humaine ou féérique ? Autant vous le dire tout de suite, ni l’un ni l’autre ne sortiront indemnes de cette histoire. Mais (« il y a toujours un mais », vous dira Isabel) ni l’un ni l’autre ne dérogeront à leurs principes, bien qu’ils soient parfois fort amusants :
Je l’ai achetée avec de l’argent honnêtement volé à la sueur de mon front.
Ce troisième tome est à lire avec plaisir plus qu’à chroniquer.