Journal d’un louveteau-garou – 23 octobre 2016

Cher journal
Cette fois-ci, je rends définitivement mon tablier !
Non, mais franchement, il ne faut pas attiger ! Et je dis cela uniquement pour rester poli !
J’ai fait une réunion de « révélation », une sorte de coming-out lupin pour futurs alphas très timides, voire complexés et là, tu ne le vois pas cher journal, mais la fumée me sort des oreilles. J’ai rappelé aux trois postulants devant moi qu’ils avaient des devoirs au sein de la meute et…
– Mais je n’ai pas envie de devenir alpha, moi, je n’en suis pas un ! Tu es sûr que tu ne te trompes pas avec mon frère jumeau ?
Marco. Un frère jumeau, Valentino, brillant, certes, mais pas l’étoffe d’un alpha. Marco, premier de sa classe depuis la maternelle. Est venu à la réunion avec Léna. Lapin angora obèse. Je ne peux quand même pas dire à Marco que je suis en train de visualiser un civet !
– Je trouve que se déclarer en tant qu’alpha, c’est très surfait de nos jours. Il vaut mieux penser à son développement personnel. Puis, on peut jouer un rôle au sein de la meute sans diriger un groupe. On a toujours besoin d’infirmier pendant les combats, non ?
Pourquoi j’ai inclus Salsifis dans le lot, pour-quoi ? Parce que quelqu’un a décrété que les louves avaient un rôle important dans la meute ? Parce que, depuis que son alpha était plus qu’indisponible, la meute du Nord avaient élu (là l’unanimité !) une louve à leur tête ? Une louve, oui, mais, par pitié, pas végan comme Salsifis !
– Moi, je suis pas sûr. Enfin, si, je suis sûr que j’y arriverai pas. Puis, le rose, c’est joli.
Camille. Tout de rose vêtu, pantalon et baskets compris.
– Nous avons déjà eu cette discussion. Oui, le rose, c’est joli, mais pas lors de combats singuliers, nom d’une griffe incarnée. Tu ne veux pas non plus te vernir les griffes, comme Diane ou Soliflore ?
– Bah si, pourquoi, c’est joli, non ?
Ce n’est pas qu’il m’ait tendu sa main aux ongles soigneusement vernis qui m’a fait rendre mon tablier, non. C’est le fait qu’il a ajouté :
– Et je l’ai assorti à la couleur de mes caleçons.
J’ai alors poussé un hurlement, et me suis métamorphosé pour aller courir dans les bois. Il est des moments où il faut revenir aux fondamentaux plutôt que de perdre la foi en l’unité de la meute. Je ne suis rentré qu’à la nuit, après avoir couru dans les sous-bois pendant des heures, sans même m’accorder une petite sieste. Quelqu’un avait eu la gentillesse de ramasser mes affaires et de les plier soigneusement sur mon lit. C’est gentil pour mon caleçon Snoopy.
@bientôt
j’ai besoin de repos.
Anatole Sganou, 3e et j’en ai marre.

Publicités

7 réflexions sur “Journal d’un louveteau-garou – 23 octobre 2016

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s