Le monde perdu de Sir Arthur Conan Doyle


Présentation :

Le monde perdu : univers oublié, disparu ? Pas pour tous : Edouard Malone, dit Ned,reporter à la Daily Gazette, va tenter de prouver à la belle Gladys et à l’effrayant professeur Challenger qu’il existe encore.
L’aventure commence dans les méandres de l’Amazone, mais les serpents venimeux et les esprits des bois ne sont pas les moindres dangers. La découverte des monstres du jurassique inaugure une série de catastrophes que le courage des aventuriers et l’intelligence des scientifiques ne parviennent pas toujours à maîtriser.

Mon avis :

Que ne faut-il pas faire pour impressionner la jeune femme dont on est amoureux ! Toute une époque – j’espère que les choses ont changé. Pas pour tout le monde, il est vrai. Alors que Ned Malone s’en va courir le monde pour prouver son courage à sa belle Gladys, et risquer sa vie, bien entendu, elle reste tranquillement chez elle à l’attendre – un homme se doit de la mériter ! Le seul personnage féminin du roman, que l’on ne rencontre que dans ce qui constitue l’épilogue et le prologue de l’action, n’est pas le personnage le plus positif.

Les savants ne le sont pas forcément. Prenez le professeur Challenger, au physique un peu hors norme, et à l’orgueil démesuré (pour ne pas dire plus simplement la vanité). Si sa découverte est extraordinaire, sa capacité à se mettre en colère et, éventuellement, à se battre l’est tout autant. S’il était le seul à s’emporter ainsi, tout irait bien ou presque. Il faut croire que les savants anglais ont besoin de sport pour se remettre de leurs longues recherches – ou d’une bonne expédition. Et c’est justement ce qui va se passer.

En lisant ce roman, j’ai repensé aux oeuvres de Jules Verne, à Voyage au centre de la terre ou De la terre à la lune, dans lesquels les membres de l’expédition découvrent un monde inconnu, ou finissent par se réconcilier malgré leurs différents. Et, pour protéger ses savants et le responsable du compte-rendu, c’est à dire le jeune Ned, vous pouvez compter sur Lord John Roxton, soldat émérite et ingénieux, non dénué d’humour (anglais, bien sûr).

N’allez pas croire cependant que cette expédition soit une partie de plaisir. Aucune ne peut se targuer de l’être, et les péripéties sont nombreuses, de trahison en alliance inattendue, avec un dénouement qui laisse la place à l’imagination.

5feb4-challengeecosse02

Publicités

12 réflexions sur “Le monde perdu de Sir Arthur Conan Doyle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s