Archive | 13 septembre 2016

Charley Davidson, tome 7 de Darynda Jones

Présentation de l’éditeur :

Douze chiens de l’enfer se sont échappés. Leur but : tuer Charley Davidson, faucheuse hors du commun et détective privée à ses heures, et rapporter son cadavre à Satan. Mais la jeune femme a d’autres problèmes, comme son père disparu alors qu’il menait une enquête des plus étranges. Ou encore une ex-meilleure amie qui la hante nuit et jour, une épidémie de suicides qui laisse les autorités perplexe et un fiancé sexy à mourir qui s’est attiré les faveurs d’une célébrité locale… Le moins qu’on puisse dire c’est que Charley ne passe pas la meilleure semaine de sa vie.

Mon avis :

Cette lecture a un but : être divertissante. Charley a beau être une faucheuse, ou plutôt LA faucheuse, un peu comme Buffy est LA tueuse, elle n’en reste pas moins apte à ne surtout pas obéir à Reyes, sont cher et tendre (et, accessoirement, le géniteur de Pépin) et à provoquer des bouleversements, vous savez, comme quand on se dit : « cela, ce n’était vraiment pas prévu ». Et, dans ce roman, l’imprévu a des conséquences qui laissent présager de curieux développements dans le prochain tome.

N’anticipons pas : pour l’instant, Charley doit faire avec les douze chiens de l’enfer, et, bien entendu, elle s’en passerait volontiers. Elle doit aussi enquêter sur une vague de suicide, avec l’aide de ses habituels amis, toujours prêt à lui donner des renseignements, même si, parfois, ils sont un peu difficiles à joindre.

Ce que j’aime dans cette série ? L’humour, les citations en tête de chapitre (pensez au bon usage du chocolat en cas d’urgence). J’aime aussi le fait de retrouver des personnages au fil de la série, de voir que les fantômes ont autant d’importance que les vivants – sans que cela pose de problèmes. C’est cela aussi, le genre fantastique (pas de vampires, je ne peux donc le qualifier de bit-lit au sens strict du terme).

Une série que je recommande aux amateurs du genre.

img_0839-2

Journal, tome 2 – 13 septembre

Cher journal
Ouf, je suis revenu en 3e bleu. Je préfère nettement être l’alpha mineur d’une classe supportable que d’être l’alpha majeur d’une classe DE BRINDEZINGUES ! Et je pèse mes mots.
Je comprends qu’aucun alpha ne se soit révélé – même si j’ai fortement conseillé à Camille de ne plus se cacher. Dans tous les sens du terme !
Prenez par exemple Salsifis de la tronche en biais – non, elle ne s’appelle pas comme ça, je tiens simplement à préserver son anonymat. Elle est VEGAN ! Les carottes sont nos amis, les carottes contiennent pleins de super bons éléments qui feront de nous des loups garous au top. La viande, crue ou cuite, est notre ennemi et nous donne le poil rêche. Prenez aussi Joclarane (oui, là aussi, pseudo) : je ne sais pas comment elle s’y prend pour écrire ses cours, sachant qu’elle a toujours une brosse à cheveux à la main. Même madame Cobert est en petite forme : pas d’explosion vocale suffisante pour faire trembler les murs de l’établissement, pas de crucifixion.
Que se passe-t-il ? Je commence sérieusement à m’inquiéter.
Enfin…. Je te laisse : j’ai des devoirs à faire pour demain.
Anatole Sganou, 3e Bleu (le retour).

IMG_8799