Desert solitaire d’Edward Abbey

Présentation de l’éditeur :

Peu de livres ont autant déchainé les passions que celui que vous tenez entre les mains. Publié pour la première fois en 1968, Désert solitaire est en effet de ces rares livres dont on peut affirmer sans exagérer qu’il « changeait les vies » comme l’écrit Doug Peacock.
À la fin des années 1950, Edward Abbey travaille deux saisons comme ranger dans le parc national des Arches, en plein cœur du désert de l’Utah. Lorsqu’il y retourne, une dizaine d’années plus tard, il constate avec effroi que le progrès est aussi passé par là. Cette aventure forme la base d’un récit envoûtant, véritable chant d’amour à la sauvagerie du monde, mais aussi formidable coup de colère du légendaire auteur du Gang de la Clef à Molette.

b93ab-102bans2bgallmeister2bchallengeMon avis :

Lisez-le tout simplement, au lieu de lire mon avis, même si le livre ne vous semble pas « glamour ». Je suis presque sûre que beaucoup ignorent qu’il y a des déserts aux Etats-Unis, et se disent, après avoir appris son existence, qu’il ne doit pas s’y passer grand chose. Edward Abbey nous prouve le contraire.

Ce qui domine une fois le livre refermé ? L’impression que l’homme ne sera jamais raisonnable, et préférera toujours le profit à la beauté de la nature. Il la « canalise », il la détruit plutôt, pour le meilleur des touristes et le pire pour la faune et la flore locale. Ce livre n’est pas un tombeau, même si ce qu’il décrit n’existe plus. Ce livre est un hymne à la nature « libre », aux hommes qui ont la chance d’y vivre ou d’y avoir vécu, sans avoir pensé à la domestiquer et à en tirer profit.

Bien sûr qu’Edward Abbey parle de lui dans ce livre puisque c’est son expérience qu’il nous livre, et certaines aventures furent périlleuses, d’autres émouvantes. La colère, oui, mais l’humour aussi, face aux charmants touristes qui n’ont aucune envie de sortir de leur voiture pour découvrir la nature qui les entoure.

Désert solitaire – sur lequel il veille.

img_0839-2

Publicités

9 réflexions sur “Desert solitaire d’Edward Abbey

  1. Pingback: Le mois américain 2016 – Billet récapitulatif | Plaisirs à cultiver

  2. Pingback: Bilan du challenge Gallmeister | deslivresetsharon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s