Shibumi de Trevanian

Présentation de l’éditeur :

Nicholaï Hel est l’homme le plus recherché du monde. Né à Shanghai en plein chaos de la Première Guerre mondiale, fils d’une aristocrate russe et protégé d’un maître de Go japonais, il a survécu à la destruction d’Hiroshima pour en émerger comme l’assassin le plus doué de son époque. Son secret réside dans sa détermination à atteindre une forme rare d’excellence personnelle : le shibumi.
Désormais retiré dans sa forteresse du Pays basque en compagnie de sa délicieuse maîtresse, Nicholaï accueille une jeune étrangère venue lui demander son aide. Il se retrouve alors traqué par une organisation internationale de terreur et d’anéantissement – la Mother Company – et doit se préparer à un ultime affrontement.

Mon avis :

Je l’ai dit hier, je le redis aujourd’hui : pour moi, Shibumi et La sanction sont inséparables. L’un des tueurs tend à monter vers le ciel, l’autre trouve refuge dans les profondeurs de la terre, tout deux explorent de nouvelles voies. Cependant, à mes yeux, Shibumi est un grand au-dessus de La sanction, pour de multiples raisons. Et Shibumi est un excellent roman – si vraiment vous manquez de temps et ne pouvez lire qu’un seul livre de Trevanian, prenez celui-ci.

D’abord, son héros est remarquable. Nous le suivons, de sa naissance à sa retraite, jusqu’à la toute dernière page du livre. Nous découvrons sa formation, ce qui a fait de lui un jeune homme qui a tué (pour des motivations qui dépassent ses adversaires/futurs employeurs) puis un tueur qui accomplit ses missions non en se vendant aux plus offrants (il agit parfois gratuitement), mais en éliminant selon le danger du moment, peu importe quel est son camp. Ces choix, autant le dire, sont incompréhensibles pour les membres de la Mother Company, qui ne résonnent qu’en terme de marchandises. Son cheminement personnel, intellectuel, philosophique, la finesse de ses analyses font l’intérêt de ce personnage. Nicholaï Hel n’est pas un porte-flingue, loin de là.

Ensuite, et c’est ce qui peut le perdre, l’amitié est une valeur extrêmement importante à ses yeux. Et ses amitiés, ses dettes d’honneur, le mettent parfois dans des situations délicates, qu’il tente de démêler de son mieux. Si vous m’avez suivi jusque là, vous aurez compris que si ses adversaires comprennent la notion d’amitié, ils en ont une vision très simple, pour ne pas dire très simpliste. Ils ont sans doute vu ou lu trop de romans ou de films d’espionnage.

Les Etats-Unis en prennent pour leur grade, dans ce livre – avec une fine justesse. La France n’est pas épargnée non plus. Il ne s’agit jamais d’accumuler des bons mots aussi brillants que gratuits, non, il s’agit réellement de donner à réfléchir, à revenir sur ce qui a été dit – et cela n’incite pas franchement à la rigolade.

Si Nicholaï a de grandes qualités, physiques et intellectuelles, il n’en est pas moins vulnérable, il est un être humain (presque) comme les autres, tout comme son allié, le Gnome. Comme ses adversaires, il va jusqu’au bout des choses – encore une fois, leur conception de ce concept est très différent.

Shibumi ? Un roman à lire absolument.

b93ab-102bans2bgallmeister2bchallenge

 

Publicités

4 réflexions sur “Shibumi de Trevanian

  1. Rhô, je dois lire les deux ! Je les possède, donc… Le Shibumi, c’est une réédition, je l’ai vue avec une autre cover sur le Net. Mais j’adore quand Gallmeister va rechercher des petites perles littéraires !!

  2. Pingback: Bilan du challenge Gallmeister | deslivresetsharon

  3. Pingback: Challenge polar et thriller – mon bilan | deslivresetsharon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s