Le gang de la clef à molette d’Edward Abbey

Présentation de l’éditeur :

Révoltés de voir le somptueux désert de l’Ouest défiguré par les grandes firmes industrielles, quatre insoumis décident d’entrer en lutte contre la « Machine ». Un vétéran du Vietnam accroc à la bière et aux armes à feu, un chirurgien incendiaire entre deux âges, sa superbe maîtresse et un mormon nostalgique et polygame commencent à détruire ponts, routes et voies ferrées qui balafrent le désert. Armés de simples clefs à molette – et de dynamite – nos héros écologistes vont devoir affronter les représentants de l’ordre et de la morale lancés à leur poursuite. Commence alors une longue traque dans le désert.

b93ab-102bans2bgallmeister2bchallenge

Mon avis :

« Le verbe résister se conjugue au présent » disait Lucie Aubrac, et elle avait infiniment raison. Ce livre, écrit dans les années 70, nous raconte les actes de résistance de quatre personnes contre l’impérialisme américain, sa volonté de puissance, sa volonté aussi d’asservir la nature au nom de l’argent, de la publicité, de la productivité, du commerce, du tourisme. Cela fait beaucoup de divinités, qui sont encore aujourd’hui largement révérées – et pas seulement aux Etats-Unis.

Hayduke, des forces spéciales du Vietnam, marqué par ce qu’il a vécu, comme tous ceux qui en sont revenus, et bien décidé à ne jamais se laisser faire. Seldom Seen, mormon pas suffisamment pratiquant aux yeux des autres mormons, Doc Sarvis, chirurgien très réputé et Bonnie, son assistante, son amante, de confession juive – cela devrait n’avoir aucune importance mais cela en a pour certains. Ces quatre personnes ont pour arme principale leur volonté et leur ténacité – leur endurance aussi, face à des adversaires qui ont tout le monde de leur côté. A  la tête du partie adverse, le révérend Love, le très mal nommé (du moins, cela dépend de quel amour l’on parle), se rêve gouverneur. Il a pour lui ses fidèles, sa quasi-armée, et son goût pour ce que l’on nomme progrès, ainsi que son dégoût pour ce que l’on ne nomme pas encore vraiment l’écologie.

Oui, la lutte est disproportionnée, ce qui n’a jamais empêché quiconque de lutter. De réussir ? Vous le saurez en lisant ce livre, et en n’oubliant pas sa suite, le retour du gang de la clef à molette.

PS : les paysages sont sublimes, ce qu’en fait l’homme, nettement moins.

50

Publicités

13 réflexions sur “Le gang de la clef à molette d’Edward Abbey

  1. Pingback: Premier bilan du mois du polar | deslivresetsharon

  2. Pingback: Bilan du challenge Gallmeister | deslivresetsharon

  3. Pingback: Challenge polar et thriller – mon bilan | deslivresetsharon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s