Confessions du (pas si) grand méchant loup

Présentation de l’éditeur :

«Je sais, je n’ai pas une très bonne réputation. C’est sûr qu’engloutir des mères-grand, des chaperons rouges et des petits cochons ne fait pas de moi le loup le plus populaire du village!
Mais j’ai changé! Mon époque de carnivore raffolant de côtelettes de porc est révolue!
Apprenez à connaître le nouveau moi en lisant mon journal! j’accepte de vous le livrer même si je ne suis pas fier de tout ce que j’y raconte…»

Préambule :

Réécriture ou suite ? Ce livre laisse la parole au loup, mais pas n’importe lequel : celui qui s’est attaqué aux trois petits cochons et au petit chaperon rouge. Le choix des adjectifs n’est pas négligeable, les héros sont petits, l’adversaire est grand.

Mon avis :

Ce livre serait à lire à tous les louveteaux garous – oui, je sais, je me permets un lien lecture/écriture, mais après tout, je suis sur mon blog. En effet, afin de faire passer le goût de la viande à un charmant loup qui parle, comme tous les loups ou presque dans les contes et les fables, celui-ci suit une thérapie très pointue, à base d’entretien avec un psy un peu obtus, d’écriture d’un journal intime, de cure de légumes et de jus de légumes, quand il ne se retrouve pas purement et simplement en train de cultiver les sus-dits légumes. Efficace ? Apparemment oui, même si Balthazar, tel est son prénom, aurait mérité un meilleur thérapeute.

Il faut dire aussi que nous ne sommes pas dans l’univers intemporel des contes, où seuls quelques indices nous permettent de deviner où se passe l’action – pour le quand ? c’est simple, elle se passe toujours « autrefois » ou « jadis ». Ici, nous sommes dans une société bien établie, où le prince gouverne et rend la justice (quand il est là); où les petits cochons dirigent une entreprise, et où Boucle d’Or, en dépit du traumatisme qu’elle a fait subir aux trois ours, est devenue une journaliste connue, à la recherche du moindre scoop. Le loup, pardon, « Balthazar », doit donc faire les preuves de sa métamorphose, indemniser ses victimes voire même se porter à leurs secours.Dans le monde des contes, il y a pire que le grand méchant loup.

Si j’ai bien aimé lire ce livre, j’aimerai maintenant lire le sixième tome de cette série, qui met en scène le frère jumeau de ce cher BaltHAZAR.

 

Advertisements

23 réflexions sur “Confessions du (pas si) grand méchant loup

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s