Journal d’un louveteau – 28 juin

Cher journal,
avec le pidnaquing d’Anatole, c(est horrible, on a oublié la remise des prix ! Pire, on a oublié de creuser le tunnel qui aurait permis de nous sauver pendant l’épreuve.
– C’est ballot, avait dit Mathieu.
Bon, si pour creuser le tunnel, on ne pouvait plus grand chose, par contre on pouvait rectifier l’épilation des mollets de Mathieu à coups de scotch – c’est tout ce qu’on avait sous la patte, mais au moins, on avait un rouleau entier !
– Sans façon, avait-il dit.
Pour raison de sécurité, la remise avait eu lieu dans le blockhaus, avec des loups de notre meute en garde du corps. Contre les dragons, je ne vois pas ce qu’ils auraient pu faire, mais pas grave ! Même si, comme le dit Thibault, notre champion de la meute de bicyclette « Avec un dragon à nos trousses, on pédale beaucoup plus vite ».
Nous fûmes accueilli par madame Cobert et de la musique – un DJ vampire, rien que cela. Mais où l’avait-il trouvé ? Chez Dracula ? C’était tout pourri ce qu’il passait ! Et après seulement, j’ai reconnu la musique des épreuves de la griffe d’or. Vous savez, c’est l’équivalent des jeux olympiques, mais pour les garous.Sous prétexte qu’on a des capacités au-dessus de la normale, on n’a plus le droit d’y participer. La loose ! En plus, la griffe d’or, c’est plus proche des Highlanders Games que des vrais jeux olympiques. Bon, moi, je m’en fous, j’étais pas récompensée, sauf s’il y avait eu un prix pour les fautes d’orthographe les plus originales, j’étais venue pour soutenir Lukamélia, ma copine. Sauf que, quand c’te bourrie a dit son nom (la prof, pas Lukamélia), elle (Lukamélia, pas la prof) a été victime d’une métamorphose « intempestive », ou « inopinée » ou « inloupinée », et elle s’est retrouvée avec des oreilles toutes poilues. Bon heureusement, tout est rentré dans l’ordre quand elle a reçu sa récompense – mais quelle idée d’offrir un bracelet à une louve, et pourquoi pas un collier tandis qu’on y est !
Quant à Paul, il a raflé presque tous les bonbons, mais ça, on ne lui dit rien, monsieur est en pleine croissance ! Puis, la bonne nouvelle, c’est qu’il s’est révélé alpha – si, si, si. Finalement, le second pidnaquing d’Anatole a été un bienfait – pour nous. Nan, parce que, attends, Anatole, il n’est pas aussi sympa dans la vie qu’il l’est dans son journal ! Il ne l’est même pas du tout, et j’ai envie, très souvent, de lui dire que son humour, il peut se le mettre où je pense, c’est à dire sous la patte, et partir avec ! Nanmého ! On ne lui a pas encore dit, à Anatole, que l’an prochain, il ne sera pas l’alpha de la 3e Bleu – il faut lui laisser le temps de se remettre à nouveau ! Et oui, les chevaliers dragons ne sont pas fous, ils l’ont abandonné à quelques kilomètres d’ici, dans un arbre, sans même lui dire pourquoi. Moi, je le sais : ils ne sont pas fous (ouais, je l’a déjà dit) et ils n’ont pas voulu s’encombrer avec lui ! Sur ce, je te laisse: je vais à la boum du pensionnat ce soir.
Poutous affectueux,
Diane.
PS : je vais me vernir les griffes et me faire un masque poilistique anti-dessèchement.

Publicités

4 réflexions sur “Journal d’un louveteau – 28 juin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s