L’authentique Pearline Portious de Kei Miller

Présentation de l’éditeur :

Écoutez de toutes vos oreilles l’histoire d’une femme puissante, une prophétesse, une vraie de vraie : Adamine Bustamante. Elle vous dira qu’elle est née en Jamaïque dans une léproserie, où sa mère éphémère, l’authentique Pearline Portious, tricotait des bandages multicolores simplement parce que c’était plus gai. Où la non moins fabuleuse Mman Lazare repoussa l’heure de mourir jusqu’à ses cent cinq ans, bien obligée, pour élever la petite… Deux voix ne sont pas de trop pour raconter cette histoire. Celle d’Adamine, avec sa verve et son souffle puissant, chuchotant au vent sa version des faits, à l’époque où elle était la plus grande Crieuse de Vérité de Jamaïque. Et celle de l’écrivain, cherchant à retracer la vie de la dernière prophétesse. Leurs récits se croisent, se répondent – il faut voir Adamine sermonner ce « Monsieur Gratte-Papyè » – et tissent peu à peu la carte de filiations plus secrètes entre deux mondes…

Mon avis :

J’ai franchement été emballée par ce livre, et, du coup, ce n’est pas franchement facile de dire pourquoi. Je vais quand même tenter de débroussailler le sujet.

Le ton, d’abord, qui ne s’embarrasse pas d’être poli, ou plutôt policé. Je tire mon chapeau à Nathalie Carré, la traductrice, qui a restitué un parler coloré, vivant dans toute sa vigueur, sans pour autant que le lecteur ait l’impression que l’auteur ait été écrit ainsi simplement pour faire « couleur locale ». Non, c’est à la création d’un personnage dans toute sa justesse à laquelle nous assistons.

Parce que, pour être « juste », il faut aussi prendre le risque de croiser les regards, celui d’Adamine mais aussi celui de Monsieur Gratte-Papyé, l’écrivain venu retracer la vie de « L’authentique Pearline Portious ». Qui était-elle, d’ailleurs ? La mère, morte en mettant au monde sa fille, ou la fille, à qui on a donné le nom de sa mère par erreur – les joies de l’état civil jamaïcain. Et pourtant, la filiation est importante, plusieurs mères, déjà, ont guidé les pas de Pearline, plusieurs mères veilleront sur Adamine, et que toutes deux vivront des situations inimaginables, comme un conte de fée inversé.

Inversé, parce que nous ne sommes pas dans un joli château, nous sommes dans une léproserie, que certains ont connu, ou pas, mais dont nul ne conteste la présence de pensionnaires à temps pleins, ignorés de tous ou presque, abandonnés par leur famille, quand elle ne s’est pas (un peu) servi d’eux. Les moments de joie, ou simplement de répit ne durent guère, même les bandages multicolores de Pearline ne sauraient assurer qu’un peu, juste un peu d’apaisement dans un monde qui ne le leur permet même pas.

Inversé, parce que la révélation que subit la jeune Adamine la conduit non pas vers le bonheur, mais vers un état qui n’est pas si facile que cela à définir. Bien sûr, pour les occidentaux, le mot « folie » est celui qui convient. Pour les Jamaïcains, c’est toute autre chose, du moins, pour ceux qui vivent en Jamaïque. En Angleterre, là où certains vont pour accomplir un rêve, changer de vie, d’autres ne trouvent que la vie en Angleterre, telle qu’elle pouvait être en ces temps-là – et le constat est tout sauf optimiste.

S’il faut chercher un vent d’espoir d’ailleurs, il est plutôt dans les derniers chapitres, dans les paroles de monsieur Gratte-Papyè, qui redéfinit les fonctions de l’écriture et le rôle de l’écrivain. Les derniers mots du roman sont d’une grande force, et laissent une impression tenace. L’authentique Pearlin Portious ou un roman qui laisse espérer d’autres traductions d’oeuvres de cet auteur.

Advertisements

5 réflexions sur “L’authentique Pearline Portious de Kei Miller

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s