Donnez-leur, Seigneur, le repos éternel de Miguel Miranda.

Mon résumé :

Le sosie d’une pop star est retrouvée assassinée – le meurtrier s’est trompé de cible. Mario França est engagé pour retrouver l’assassin, et protéger Lady Godiva, plus grande pop star de tous les temps. Ce n’est que le début d’une longue série d’enquête.

Mon avis :
C’est du grand n’importe quoi ! Mais j’ai beaucoup aimé ce livre, par l’extraordinaire bazar qui s’en dégage – et aussi, par les vérités bonnes à dire qu’il assène pas gentiment.
Vous trouvez parfois les intrigues de romans policiers invraisemblables ? je vous rassure : celle-ci n’est pas crédible du tout, mais se tient merveilleusement bien. Mario França, qui, je vous le rapelle, est le plus grand détective du monde, voit plusieurs affaires d’importance lui tomber dessus au même moment, par la grâce des réseaux sociaux. Il ne s’agit pas moins que de découvrir qui veut assassiner la plus grande pop star du monde, de retrouver une jeune fille disparue, d’assurer la sécurité lors d’un tournoi de poker dans les eaux internationales, de démasquer les assassins de deux religieux, sans oublier de déjouer un complot contre le pape, sans oublier de faire toute la lumière sur la disparition d’un homme soixante ans plus tôt. Bref, il y a là de quoi alimenter la trame d’une demi-douzaine de romans policiers, sans oublier que Mario doit veiller à la santé d’un de ses acolytes, aider dans ses enquêtes officiels un policier qui ressemble à Colombo, veiller à ses propres amours et à celles d’un de ses amis.
L’ensemble est vraiment jubilatoire, surtout que Mario est toujours le narrateur de ses aventures. Observateur, il a mis à profit ses longues plages d’inactivités pour se documenter sur maints sujets grâce à sa bonne amie depuis deux ans – elle est médecin légiste. Mario n’hésite pas à prendre des risques, comme celui de ruiner définitivement son estomac à force d’accepter toutes les boissons un peu ratées que ses proches lui préparent. Il prend soin aussi des siens, même si ses méthodes ne sont pas vraiment orthodoxes. Il se lève aussi contre les abus de l’Eglise – classique me dira-t-on, peut-être pas dans ce contexte. Il rappelle qui a fermé les yeux, pourquoi, et comment les affaires de pédophilie ont été étouffées (beaucoup trop facilement). Le roman a été traduit voici trois ans, cette partie est toujours d’actualité.
Rythmé par le Requiem de Mozart, cette nouvelle aventure signée Miguel Miranda est à lire pour ceux qui aiment les romans qui sortent de l’ordinaire.

voisinpetit bac

Publicités

2 réflexions sur “Donnez-leur, Seigneur, le repos éternel de Miguel Miranda.

  1. Pingback: Le mois espagnol, saison 2, c’est parti ! | deslivresetsharon

  2. Pingback: Bilan du mois espagnol seconde session – 2016. | deslivresetsharon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s