L’incendie du Crystal Palace de Deborah Crombie

Mon résumé :

Un avocat est retrouvé mort, assassiné, dans une situation plus que compromettante. Gemma James et son adjointe enquêtent.

Merci à Netgalley et au livre de poche pour ce partenariat.

Mon avis :

Quand un lecteur suit une série avec des personnages récurrents, il le fait autant pour les enquêtes policières que pour retrouver les personnages qu’il apprécie. Le tout est de ne pas le décevoir, et de faire en sorte (du moins, c’est mon point de vue) que la vie privée des personnages ne monopolise pas l’intrigue – certaines séries sont de véritables contre-exemple.
Rien de tout cela ici. Gemma James et Duncan Kincaid forment un couple assez atypique puisqu’il a mis sa carrière entre parenthèses pour prendre soin de leur fille adoptive Charlotte. Elle est sur le terrain, jonglant entre constatation, interrogation, compte-rendu et relations avec la presse – pour ce dernier point, elle ne voit aucun inconvénient à être remplacée. Le roman montre la minutie du travail de police, la nécessité de vérifier, de revérifier, d’interroger. il est peu questions de preuves scientifiques, même si elles ne sont pas négligées, mais véritablement du côté humain des enquêtes.
Les victimes ont été des êtres humains, avant d’être des victimes. C’est avant toute chose en les cernant que les enquêteurs peuvent trouver leur meurtrier. Bien que plusieurs meurtres aient eu lieu avec le même mode opératoire, il n’est pas question pour les enquêteurs de parler de tueur en série, afin d’éviter les généralisations abusives, et, pour la construction de l’intrigue, une certaine facilité. Dans certains romans, le tueur en série traditionnel est le centre du roman, les victimes sont réifiées non seulement par lui, mais par les autres personnages: ce ne sont pas elles qui l’intéressaient, mais un stéréotype. Gemma et ses enquêteurs cherchent véritablement des liens, des preuves et enquêtent au moins autant à charge qu’à décharge : il est toujours utile d’ôter un suspect de la liste, et de ne pas être obligé de l’y ajouter à nouveau (pratique fréquente dans certaines séries policières).
Autre point fort de ce roman : la complexité des personnages. Pas de gentils, de méchants, mais des êtres remplis de contradiction, qui ont subi des épreuves, ont des préoccupations diverses et variées, interagissent avec leurs voisins, leurs proches, leurs collègues, leurs familles, et finissent par se croiser dans cette belle ville de Londres. Un fil ténu se trouve ainsi tissé, liant passé et présent, pour ne prendre véritablement sens qu’au dénouement, surprenant mais résolument rempli d’espoir.
Note : le système éducatif anglais, et la manière dont les enseignants et les élèves sont traités a de quoi surprendre. Des excès dans lesquels nous ne tomberons jamais, du moins je l’espère.

Publicités

21 réflexions sur “L’incendie du Crystal Palace de Deborah Crombie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s