13 de Pieter Aspe

Présentation de l’éditeur :

«Consumatum est» : tout est consommé. Deux mots en latin tracés au feutre sur le cadavre d’un homme dans une chambre d’hôtel, une carte de crédit et des cartes de visite au nom de Wim Raes pour seuls indices. Règlement de comptes ? Crime sado-maso ? Vengeance d’une maîtresse éconduite ?

Mon avis :

Je serai assez brève. Même si les romans de Pieter Aspe restent plaisants à lire, celui-ci ne restera pas mon préféré. Ce n’est pas la faute de l’intrigue, qui repose sur des thèmes classiques tout en étant assez alambiquée. Non, c’est plutôt la faute au cadre du récit : Van In prépare son mariage avec Hannelore, et ceux-ci nous rejouent des scènes du dépit amoureux. Hannelore s’énerve pour un rien – comme si elle ne connaissait pas Van In. Lui-même dépasse les bornes encore plus que d’habitude et Hannelore de se demander si oui, vraiment Van In tient à se marier.

Point positif : nous en apprenons un peu plus sur le passé de Van In. Point négatif : il n’en sort pas vraiment grandi. Certes, leur comportement de midinette n’empêche pas Van In et Hannelore d’enquêter, et la Duvel de couler à flots. Il n’empêche : je pense que j’oublierai très vite cette enquête.

voisinThrillerPolar-PatiVore3

Advertisements

10 réflexions sur “13 de Pieter Aspe

  1. Pingback: Le Mois belge, Saison 3 : le récap’ |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s