Archive | 19 avril 2016

Soleil de nuit de Jo Nesbo

Soleil de nuit.
Edition Gallimard – 224 pages.

Présentation de l’éditeur :

Chargé de recouvrer les dettes pour le Pêcheur, le trafiquant de drogue le plus puissant d’Oslo, Jon Hansen, succombe un jour à la tentation. L’argent proposé par un homme qu’il est chargé de liquider permettrait peut-être de payer un traitement expérimental pour sa petite fille, atteinte de leucémie. En vain. Trouvant refuge dans un village isolé du Finnmark, et alors qu’il est persuadé d’avoir tout perdu, Jon croise la route de Lea (dont le mari violent vient de disparaître en mer) et de son fils Knut. Une rédemption est-elle possible ? Peut-on trahir impunément le Pêcheur ?

Mon avis :

Je ne suis pas une grande fan de la série Harry Hole, infiniment noire. Peut-être est-ce pour cette raison que j’ai aimé ce roman.
Le narrateur est un héros de roman noir. Encaisseur raté, exécuteur malgré lui, il est en fuite pour avoir volé de l’argent – et ce ne fut pas suffisant pour sauver celle qu’il aimait. Il se retrouve dans une petite communauté où les Laestadien dominent – nous les avons déjà rencontrés, si vous aimez les policiers nordiques, dans Le détroit du loup d’Olivier Truc. A mes yeux, leurs conceptions religieuses ne les empêchent pas de profiter de la vie, elles les empêchent de vivre tout simplement. Je ne vous parle même pas du sort des femmes, tout sauf enviables.
Alors oui, ce roman est un mélange de roman noir et de mélodrame – ou plutôt la femme fatale de ce roman n’est pas vraiment celle que l’on croit. L’humour du narrateur permet, parfois, de voir un peu de lumière dans un univers bien sombre et les retours en arrière nous permettent de savoir comment tout cela a pu survenir.
Sans doute pas le meilleur roman de Jo Nesbo, mais une lecture agréable cependant.

voisinmini_501337challengelpf2bannireThrillerPolar-PatiVore2