Le pays des contes, tome 1 de Chris Colfer

Une lecture commune organisée par Ichmagbücher sur le forum

Mon avis :

La réécriture des contes a le vent en poupe en ce moment. Nombreux sont les auteurs qui veulent écrire la « vraie » version des contes de fées, ou nous raconter ce qui se passe après la célèbre formule « ils vécurent heureux et ils eurent beaucoup d’enfants ».

Ici, la démarche est un peu différente : dans les premiers chapitres, la charmante professeur des jumeaux Alex et Conner n’a  de cesse de rappeler qu’il existe une version originelle des contes, dénaturées par des réécritures ou des adaptations télévisées (j’ai quelques noms en tête moi aussi). Et oui, les héros de ce livre sont des jumeaux, un garçon, une fille, un garçon qui s’endort en classe, une fille qui participe très activement en cours – pour ne pas dire qu’elle est la seule élève à animer le cours de littérature. Différents et unis face à la tragédie qu’ils ont vécu – leur père est mort un an plus tôt, leur mère fait ce qu’elle peut pour que la famille surnage d’un point de vue financier et affectif, la grand-mère aide du mieux qu’elle peut les siens – et face aux aventures qu’ils vivent dans ce fameux « pays des contes ».

Point positif : le pays ainsi crée et ses différents royaumes ne manquent pas de cohérence. Même le prince charmant reçoit une explication plutôt amusante ! Les héroïnes des contes classiques sont toutes bien présentes : être femme ne signifie pas être faible. Et si leur avenir n’est pas aussi sombre que celui inventé par d’autres auteurs, elles n’en vivent pas moins des difficultés bien réelles, et, pour certaines, presque ordinaires. Les « méchants » ont leur place également, l’une surtout, comme si elle était la seule à être véritablement charismatique (ou bien les autres méchants feront leur réapparition dans les tomes suivants, qui sait ?). Rendre ces personnages-là plus humains, moins manichéens semble une tendance dans la littérature jeunesse. Chercher à comprendre ce que l’on ne s’explique pas, trouver des circonstances atténuantes, c’est un peu le travers que reprochait au début du livre – et l’intrigue d’avoir justement ce même travers.

Et je touche là au point négatif : je n’ai pas été véritablement surprise par la lecture de ce roman. Elle fut agréable, sans plus, entre deux lectures bien plus ardues. Un roman sympathique mais pas inoubliable à mes yeux.

Advertisements

7 réflexions sur “Le pays des contes, tome 1 de Chris Colfer

  1. Pourtant j’aime les contes mais justement est-ce nécessaire d’en faire autre chose, de les démythifier (même si cela a du bon en ce qui concerne le rôle tenu par les femmes) ? Je n’en suis pas certaine …

    • Je n’en suis pas certaine non plus. Mais ce roman a l’avantage de ne pas être aussi agaçant que d’autres, qui veulent à tout prix que les héroïnes connaissent en définitive un sort peu enviable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s