La plage des noyés de Domingo Vilar

Mon résumé :

Un pêcheur est retrouvé noyé, les mains attachées dans le dos. Tout le monde pense à un suicide, sauf le médecin légiste et la police- preuves à l’appui. L’enquête, menée en toute discrétion, commence.

Mon avis :

Nous ne sommes pas en Espagne, nous sommes en Galice – toute la différence est là, et Rafael, l’adjoint aragonais du très galicien Juan Caldas, a bien du mal à se faire à cette nation de taiseux, de superstitieux aussi. L’action a beau se passer quasiment de nos jours, elle aurait pu se passer après guerre, tant le monde des pêcheurs évoqué reste proche des méthodes traditionnelles, sans qu’il soit question de haute productivité (même si la disparition des morues à Terre-Neuve est évoqué) ni d’écologie (pêcheurs respectueux de la nature côtoient des braconniers des mers). Pour résoudre l’enquête, Caldas doit se plonger dans le passé du « Blond », cet homme qui a surmonté des démons intérieurs mais restait discret, torturé, solitaire. Il s’était même éloigné de ses deux meilleurs amis, avec lesquels il avait pourtant vécu un événement qui aurait dû les souder : un naufrage dont ils furent les survivants, leur capitaine n’ayant pas eu cette chance. Que s’est-il passé ? Et surtout, comment faire parler ceux qui ne veulent rien dire ?

Ce n’est pas que le rythme est lent, ce n’est pas que Caldas prend son temps – non, il ne compte pas son temps pour parvenir à trouver le coupable et à faire justice – et la justice, parfois, est très longue à être rendue. Il n’est pas, contrairement à Rafael, un adepte de la « méthode forte », qui sert à tout sauf à obtenir la vérité. La famille, la vie privée, ont leur importance dans ce roman – parce que l’enquêteur n’en a plus, parce qu’il oublie que ceux avec qui il travaille en ont une. Par contre, il n’oublie jamais que les victimes ont un père, une mère, des soeurs, des enfants, et c’est aussi pour leur apporter des réponses qu’il enquête.

Pour terminer, et sans trop en dévoiler, j’ai apprécié aussi que l’auteur préfère la justice à la vengeance, et ose détourner un thème galvaudé.

voisinmoispolar2016-logobelette

Advertisements

3 réflexions sur “La plage des noyés de Domingo Vilar

  1. Pingback: Bilan du mois du polar | deslivresetsharon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s