LA Nocturne de Miles Corwin

Merci à Netgalley et aux éditions Calmann-Levy pour ce partenariat.

Mon avis :

Ceci est le deuxième roman que je lis de Miles Corwin et, autant le premier ne m’avait pas complètement convaincu, autant celui-ci me paraît nettement plus intéressant. Nous sommes après-guerre, aux Etats-Unis, et pas n’importe où, non, à LA, autrement dit, Los Angeles, ville où il fait bon vivre et y être assassiner, ville où quasiment personne ne fait confiance à la police, et certainement pas les citoyens ordinaires.
Jacob Silver est un jeune policier, le seul membre de sa famille qui a pu émigrer aux États-Unis et avoir ainsi la vie sauve. Avoir choisi ce jeune policier torturé par ce qu’il a vécu, vu, enduré permet à l’auteur de parler de la position des USA aux sujets des juifs, et la manière très personnelle qu’ils ont eu de les accueillir, et de les « soutenir » une fois le conflit fini, afin de connaître le devenir des survivants. Les Etats-Unis ont fait des choix, il est toujours utile de les rappeler.
Les chefs de la police font des choix aussi – une enquête rapidement bouclée est une bonne enquête, n’allons surtout pas plus loin, ne creusons pas ! Ce n’est parce que les enquêteurs risquent de trouver quelque chose, non, ils ne sont pas naïfs, sauf peut-être Jacob Silver, c’est parce qu’ils trouveraient quelque chose s’ils faisaient véritablement leur métier. Qui en a envie ? Pas ceux qui sont à deux doigts de la retraite et ont très envie de toucher leur pension intégralement.
Ce qui motive Jacob Silver, c’est qu’il n’a plus rien à perdre, sauf son sens de la justice et son intégrité. Il faut simplement qu’il trouve quelqu’un qui puisse l’appuyer dans ses démarches – et il finit par trouver Virgil McGregor, inspecteur d’origine écossaise de son état. Le quatrième de couverture nous précise qu’il est intègre. Cela ne veut pas dire qu’il n’a pas, parfois, recours à des méthodes discutables pour parvenir à ses fins. De deux mots, il faut choisir le moindre, et Virgil a choisi celui qui permet à la vérité d’éclater.
LA nocturne est un roman qui porte bien son titre, et montre une vision très sombre de cette Amérique où la société de consommation est en plein essor.
a sharon pour logo polar 5(1)

Publicités

2 réflexions sur “LA Nocturne de Miles Corwin

  1. Pingback: Le mois du polar commence | deslivresetsharon

  2. Pingback: Bilan du mois du polar | deslivresetsharon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s