Archive | 24 février 2016

Les courants fourbes du lac Tai de Qiu Xiaolong

Présentation de l’éditeur :

En vacances à Wuxi, l’inspecteur Chen rencontre la troublante Shanshan. Militante pour l’environnement, elle lui raconte son combat : sauver le lac Tai des déchets toxiques. Quand le directeur d’une usine chimique est assassiné, tous les regards se tournent vers la jeune activiste. Chargé de l’enquête, Chen oscille entre les beaux yeux de Shanshan et ses soupçons. Les écologistes seraient-ils plus dangereux que la pollution ?

Mon avis :

Pourquoi les policiers, les détectives partent-ils en vacances ? A chaque fois, c’est la même chose : il se passe quelque chose qui les force à enquêter ! A sa décharge, il sait bien que ce ne sont pas de « vraies » vacances, mais qu’il remplace un cadre très haut placé du Parti, qui ne lui a pas cédé la place simplement parce qu’il l’aimait bien. Pour quelles raisons ? Il ne va pas tarder à le découvrir.
D’abord, il y a eu un meurtre, le patron d’une des usines qui entourent le lac Tai. La police locale enquête. Mais cela va bien plus loin que cela. Le célèbre lac Tai n’est plus ce qu’il était, la pollution a tout gangrené. Le développement économique de la Chine est spectaculaire, le développement durable n’est encore qu’un groupe nominal quasiment vide de sens. Et les militants écologistes sont très isolés, quand on ne les empêche pas rapidement de nuire à la belle image que la Chine veut donner d’elle-même.
Le rythme est lent, très lent, et montre une Chine ravagée par la volonté de montrer tous les signes extérieurs de richesse et de réussite – jusqu’à l’indigestion.
Chen enquête – il écrit aussi, un poème inspiré par ce qu’il vit, en une intéressante intertextualité. Il tombe amoureux, également – était-ce bien le moment ?
Une enquête comme une parenthèse dans la vie de Chen. Une enquête qui ne change presque rien à ce qui se passe autour du lac Tai. Une enquête où il peut encore mesurer le dévouement de ceux qui l’entourent. Mais pas la meilleure enquête de Chen que j’ai lue.

a sharon pour logo polar 5(1)