Papillon d’obsidienne de Lauren K Hamilton

Mon résumé :

La vie d’Anita Blake était calme, presque trop calme, finalement. Depuis six mois, elle a rompu les liens qui l’unissaient à Richard et Jean-Claude, refuse tout contact avec eux. Edward, son alter-ego tueur, lui demande de la rejoindre au Nouveau-Mexique pour résoudre une affaire particulièrement atroce. Et ce n’est que le commencement.

Mon avis :

Je n’ai pas lu de romans de Lauren K. Hamilton depuis mars 2013 ! A cette époque, je lisais le tome 7, ou plutôt je peinais à le lire. J’abandonnais en juillet suivant le tome 8, et j’en restais là. Si j’ai ouvert ce copieux tome 9 (700 pages), c’est par besoin de divertissement pur et simple, et quoi de mieux que des vampires, des loups-garous pour oublier la réalité ?

Bonne surprise pour ce tome : Jean-Claude (je ne me fais toujours pas au prénom, c’est un leitmotiv) et Richard sont quasiment absents. C’est Edward, le tueur professionnel implacable qui est au centre de l’intrigue. Dire que ce nouveau volume dévoile entièrement sa personnalité serait faux. Il permet cependant de découvrir des facettes insoupçonnées du personnage – et à Anita d’en savoir encore plus sur elle.

Si les cicatrices sur son corps sont les traces de ce qu’elle a vécu, Edward lui montre les conséquences sur son âme – Anita est croyante, réellement, ne l’oublions pas, tout en respectant les croyances des autres, tant qu’elles ne sont pas extrémistes. La chasse aux sorcières n’est pas fini, aux Etats-Unis.

Maintenant… la lecture de ce tome dépend vraiment de sa tolérance à la lecture des atrocités qui sont racontées. Anita ne les regarde jamais d’un oeil indifférent non plus, et nous interroge sur ce que nous sommes prêts à lire, à voir, face à d’autres personnages que le meurtre et la torture ne dérangent pas. Ce n’est qu’un roman de bit-lit, me dira-t-on, les horreurs racontées ne sont pas possibles dans la vie réelle. Je n’en suis pas si certaine : pas besoin de crocs pour commettre des actes monstrueux, les humains de ce roman n’ont rien à envier aux créatures fantastiques..

Advertisements

15 réflexions sur “Papillon d’obsidienne de Lauren K Hamilton

  1. Jean-Claude et ses chemises à jabot ! J’ai abandonné l’exécutrice avant ce tome. Au début c’était cool, nouveau, puis après c’était carrément lourd. Tu nous raconteras la suite…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s