Archive | 30 décembre 2015

Soleil couchant d’Ozamu Dazai.

cvt_Soleil-couchant_86Présentation de l’éditeur :

Une femme de l’aristocratie nippone doit quitter pendant la guerre son hôtel particulier de Tokyo pour aller vivre modestement dans un petit chalet de montagne. Sa fille, Kazuko, mobilisée, travaille la terre. Son fils, Naoji, revient de la guerre intoxiqué par la drogue. Le frère et la sœur se durcissent contre le malheur des temps et clament leur révolte et leur désespoir. Tels sont les « gens du Soleil couchant » (lancée par Osamu Dazai, cette expression a fait fortune au Japon, au point de qualifier aujourd’hui, jusque dans les dictionnaires, les membres déchus de l’aristocratie).

Mon avis :

Soleil couchant est un très beau roman, sur la fin d’une époque et d’une caste. Kazuko, sa mère, son frère, sont des aristocrates et n’ont plus leur place dans la société japonaise, en train de se reconstruire après la seconde guerre mondiale. Non parce qu’ils n’ont plus les privilèges auxquels ils avaient droit, mais parce que plus personne ne reconnait leur raffinement culturel, leur extrême sensibilité. Il faut dire aussi que les enfants ont été littéralement broyés, soit par leur expérience d ela guerre (Naoji) soit par leur expérience de l’amour (Kazuko). Si le garçon perd pied, dans cette société qui n’a plus de place pour lui, la fille fait face et croit encore en un avenir possible.
Soleil couchant : un roman simple, à l’écriture ciselé, à lire pour tous ceux qui veulent en savoir plus sur le Japon d’après guerre.

2015 en révision

Les lutins statisticiens de WordPress.com ont préparé le rapport annuel 2015 de ce blog.

En voici un extrait :

Le Concert Hall de l’Opéra de Sydney peut contenir 2 700 personnes. Ce blog a été vu 22 000 fois en 2015. S’il était un concert à l’Opéra de Sydney, il faudrait environ 8 spectacles pour accueillir tout le monde.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.