Mary d’Emily Burnett

tous les livres sur Babelio.com

Présentation de l’éditeur :

De l’enfance sauvage aux atermoiements amoureux d’une femme dans le New York d’après-guerre, Mary sonde les thèmes de l’adultère, de la maternité et de la filiation. Un premier roman à la forme soignée et maîtrisée qui emprunte à la Rebecca de Daphné du Maurier et aux romans de Laura Kasischke.

Mon avis :

Autant vous le dire tout de suite, je n’ai pas compris ce livre. Mais alors pas du tout. Quelle est la frontière entre la folie et la réalité ? Y en a-t-il vraiment une d’ailleurs ? Y a-t-il réellement un lien entre les deux héroïnes de ce roman ? Beaucoup de questions, et peu de réponses. le style est agréable, ce n’est cependant pas suffisant pour trouver un réel plaisir de lecture et prolonger le questionnement né autour de ce livre.

index

9 réflexions sur “Mary d’Emily Burnett

  1. Devant un tel avis je suis perplexe ! Je ne sais pas quoi en penser mais pour l’heure, je vais passer mon tour, pourtant le sujet de départ m’attire, la folie aussi quand elle est bien traitée…

    • J’ai vraiment fait court, je n’ai eu aucune envie de développer. L’auteur a voulu nous mettre dans la tête d’une personne atteinte de folie, sans que l’on sache jamais qui est véritablement cette personne. Volonté de déstabiliser, d’être au plus prêt du sujet, peut-être, mais je n’aime pas ces livres où je n’accroche avec aucun personnage.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.