Canards sauvages d’Erwan Balança

tous les livres sur Babelio.com

Présentation de l’éditeur :
Des canards, nous connaissons surtout le colvert, omniprésent sur nos plans d’eau, à la campagne comme en ville. Sa familiarité dans les endroits urbanisés, ainsi que la présence d’autres espèces d’ornement, peut nous faire quelque peu oublier que les canards sont avant tout des oiseaux sauvages. Qu’ils sont beaux, passionnants à observer, et, pour certains, menacés. Très prisés par les ornithologues et les chasseurs, les canards comptent aussi parmi les animaux les plus étudiés et dont les populations sont les mieux suivies.

Mon avis :
Si je vous dis « canard », à quoi pensez-vous ? A un journal, à un pâté, à un personnage de dessin animé un tout petit peu énervé, prénommé Donald. Vous pensez peut-être aussi à un volatile très commun, que l’on trouve un peu partout en France, y compris dans le bassin du jardin du Luxembourg. Mais pensez-vous aux canards sauvages, et à leurs très nombreuses espèces ? Pas forcément, et moi la première je n’y songeai pas réellement non plus.
Autant vous le dire tout de suite : la couverture donne le ton, avec ce magnifique oiseau pris en plein vol. Toutes les autres photos présentent la même beauté, saisie sur le vif. Elles occupent une très large place, sans être inutilement polluées par de longues légendes. Elles sont bien là, explicatives jusque ce qu’il faut pour les novices comme moi, bien incapables de distinguer une sarcelle d’été ou un fuligule milouin, sans jamais s’imposer face à la beauté des images. (En revanche, le vulpes vulpes, pas de souci, je l’ai reconnu – oui, un renard, si vous préférez).
Encadrées par un préambule et une conclusion, quatre parties rythment ce livre, presque comme les saisons (l’automne et l’hiver, le printemps, la période de reproduction, études et recherches). Elles permettent de passer une année en compagnie de ses oiseaux,
Merci à Babelio et aux éditions Glenat pour ce partenariat.

Publicités

6 réflexions sur “Canards sauvages d’Erwan Balança

  1. Moi je pense de suite « magrets » mais j’adore les canards et mon père m’apprenait à les reconnaître quand ils migraient (un peu comme les oies mais moins loin si j’ai bien compris), sauf que j’ai oublié les noms depuiiiiis le temps ! Ce livre a l’air superbe et tu en parles très bien, ce qui n’est pas évident avec ce genre de livres ! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s