La poésie du jeudi – 29 octobre

Les fleurs rouges des pêchers couvrent le sommet des montagnes
Les eaux printanières du fleuve Shu battent la colline
Le rouge des fleurs fanent facilement comme les sentiments de votre amant
Les eaux coulent sans fin comme mon chagrin

Liu Yü Hsi (772-842).
Ce poète satirique qui s’inspirait des chants populaires (son ami le poète Po Chü I (772-846) le surnommait « le héros des chants ») fut exilé plusieurs fois.

Publicités

16 réflexions sur “La poésie du jeudi – 29 octobre

  1. Pingback: À bouche perdue pour le jeudi en poésie… | Les lectures d'Asphodèle, les humeurs et l'écriture

  2. Moi je la trouve malicieuse cette poésie ! En quatre vers il résume parfaitement les affres de l’amour éphémère et la longueur éternelle du temps (et de l’eau) qui continuera de couler bien après les amours… Merci pour ton petit mot sur ce poète ! 🙂

  3. Bravo les Copinautes, vous avez fait court 😆 et moi long 🙄
    Beau décor de circonstance, Sharon

    Le début est plein d’espérance, la fin pleine de désespérance…
    Merci pour cette découverte et gros bisous

    • Merci Soène : je ferai long la prochaine fois sans doute !
      Merci, j’aime les citrouilles et elles ne devraient pas déranger ceux qui sont réfractaires à Halloween, elles ne sont pas effrayantes.
      Oui, j’ai aimé ce contraste.
      Gros bisous !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s