Perséphone, reine des morts de Frédérique Gabert et Lys Sinclair

1couv-11Titre : Perséphone, reine des morts.
Auteur : Frédérique Gabert et Lys Sinclair.
Editeur : Dominique Leroy.
Nombre de pages : 44.Présentation de l’éditeur. :

Enlevée par Hadès, Perséphone satisfait sa mère et son époux en passant la moitié de l’année sur Terre et l’autre moitié aux Enfers.
Le mythe occulte cependant les ressentis de Perséphone. Frédérique Gabert choisit pour sa part de narrer le trouble de la nymphe et son désir naissant pour le dieu des Enfers. Les quelques jours qui précèdent la décision de la future reine des morts sont l’occasion d’une visite des lieux et d’une description classique de ce qu’étaient les Enfers pour les Anciens.
«Voici donc ma proposition : demeurez auprès de moi trois jours et trois nuits. Si au terme de ce temps, vous désirez toujours partir, je vous libérerai».
Dans une langue soignée, l’auteure dépeint un décor fastueux et le désir de Perséphone, exacerbé par les tentations d’Hadès. Le texte est somptueusement illustré.

Merci au forum Partage-Lecture et aux éditions Dominique Leroy pour ce partenariat.

Mon avis :

Je m’y connais toujours aussi peu en littérature érotique et en nouvelle. Pourtant, je dois dire que j’ai apprécié la lecture de Perséphone.
Ce mythe est connu : Perséphone est enlevée par Hadès. Au désespoir, Déméter, sa mère, qui n’a pu la retrouver, a fait que l’hiver règne sur la terre. Un compromis a donc lieu : Perséphone passera six mois avec sa mère et six mois avec Hadès, permettant ainsi le printemps et l’été – ou comment trouver une explication divine au rythme des saisons.
L’intérêt du texte est de nous raconter l’enlèvement de Perséphone, qui ne se prénomme pas encore ainsi, du point de vue de la jeune fille. Elle passe du monde des vivants, joyeux et simple où elle n’avait d’autres préoccupations que de s’amuser avec ses compagnes, à celui des morts, qu’elle découvre, sans les a-priori que d’autres, à commencer par sa mère, n’auraient pas manqué d’avoir. Elle découvre Hadès qui, s’il a montré violemment sa puissance, s’il sait qui il veut (elle !), sait aussi faire montre de délicatesse à son égard. Aussi, ce récit érotique reste très soft. Tout sera progressif entre eux et les chapitres, courts et bien construits, ponctuent l’évolution de leur relation.  De même, les illustrations qui ponctuent le récit font preuve de retenue, de suggestion, elles ne sont pas là pour choquer le lecteur.
Ce récit est agréable à lire, le vocabulaire est soigné, la mythologie bien connue par l’auteur. La jeune Coré prend son destin en main, pas vraiment de la manière dont on pourrait s’y attendre, certes, mais il est bon aussi de voir, dans la littérature érotique, une jeune femme qui choisit plutôt qu’elle ne subit.

Publicités

6 réflexions sur “Perséphone, reine des morts de Frédérique Gabert et Lys Sinclair

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s