Légendes de la garde : la hache noire

Présentation de l’éditeur :

Au printemps 1115, le jeune Celanawe se voit investi d’une mission : escorter Em, sa dernière parente, pour retrouver la Hache noire. Cette arme mythique, qui passe de main en main depuis la nuit des temps, a été forgée par un mystérieux ancêtre, et quiconque la porte doit veiller secrètement sur le peuple des souris. Une quête qui entraîne Celanawe au-delà du danger, vers les mers inconnues et les contrées lointaines…

Mon avis :

Voici le troisième tome des Légendes de la garde, et pas nécessairement le plus aisé à lire – sauf à avoir un moral d’acier, ce qui n’est pas vraiment mon cas pour le moment.

Le prologue et l’épilogue assurent la continuité avec les deux tomes précédents. L’un des gardes, le plus intrépide, celui qui a vécu le plus d’aventures, qui a le plus souffert, est porté disparu, on le cherche malgré les difficultés parce que nul, et surtout pas la matriarche, ne peut se résoudre à sa disparition. Et, matérialisant cette quête, nous nous retrouvons plongés quarante ans en arrière, pour découvrir le passé de Celanawe, que nous savons être la hache noire – ou du moins, une de ses incarnations.

Les illustrations sont toujours aussi belles, aussi soignées, et à travers elle, c’est un monde âpre, dur, où toute vie est extrêmement précaire que nous découvrons. Une vie où l’individu compte peu finalement, si son sacrifice peut être utile pour le bien commun.

Bonheur de lectures, oui, parce que les images sont magnifiques mais j’ai ressenti une profonde sensation de vide, de solitude à la fin de cet album. J’étais vraiment avec les héros, leurs douleurs, leur impuissance. Etre un héros n’est pas un jeu, avoir une mission et l’accomplir n’apportent pas nécessairement un sentiment de réussite ou de satisfaction.

img_0839-2David Petersen est né en 1977 dans le Michigan. Trois tomes des Légendes de la garde sont à ce jour publiés en France.

Publicités

8 réflexions sur “Légendes de la garde : la hache noire

  1. Pingback: Le mois américain – Récapitulatif | Plaisirs à cultiver

  2. Pingback: 50 billets, 50 états – le bilan final | deslivresetsharon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s