La submersion du Japon de Sakyo Komatsu

couv13023121Présentation de l’éditeur :

Le premier grand cataclysme s’abattit sur la région d’Osaka à 5 heures 11, le 30 avril. A 8 heures 03, la chaîne de montagnes Togakure explosa. Les regards du monde entier étaient fixés sur « la mort du dragon ». Des dizaines d’avions appartenant à des télévisions de toutes les nationalité volaient au-dessus de l’archipel du Japon qui crachait du feu et des flammes.

logo-challenge-c3a9crivains-japonais

Mon avis :

J’ai adoré ce roman d’anticipation, publié au début des années 1970. Pour quelles raisons ? Tout d’abord, il est très facile à lire, très accessible, même pour des personnes qui, comme moi, n’ont qu’une faible connaissance en géologie ou volcanologie. Ensuite, il nous questionne, bien au delà de ce que l’on peut regarder dans des films catastrophes à gros budget, dans lesquels la terre est détruite par des extraterrestres. La menace ne vient pas de l’extérieur, il n’y aura pas de super-héros pour sauver le monde, non. Ce n’est pas non plus « la terre qui se révolte » contre les abus qu’elle a subies, non, c’est une évolution, pas tout à fait imprévisible, mais pas vraiment attendue.

Que faire, alors ? Que faire pour sauver les cent dix millions de personne qui sont condamnées à plus ou moins brève échéance ? Où les emmener ? Comment les nourrir, leur trouver un travail ? Quel peuple, quel pays se sentirait prêt à absorber une telle quantité d’immigrants absolument pas clandestins, mais qui n’ont aucune chance de revoir un jour leur pays ? Et dans ce cas, comment répartir ces japonais – en tant compte aussi du fait des vieilles inimitiés, de la pauvreté de certains pays, des densités de population variables ? Puis, comment les évacuer, et comment l’annonce à la population ?

Autan de questions auxquelles les personnages principaux tentent de répondre, chacun à leur manière, chacun avec leur spécialité et leur sensibilité – sans oublier les moyens financiers. Il faut aussi parvenir à se faire entendre, et rien n’est simple non plus de ce point de vue, quand un scientifique, ou plusieurs, découvre quelque chose qui dépasse totalement l’entendement.

J’aimerai dire que le livre se termine sur une lueur d’espoir, ce n’est pas vraiment le cas – même si certains personnages ont eu raison de le conserver jusqu’au bout.

Publicités

4 réflexions sur “La submersion du Japon de Sakyo Komatsu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s