Jours tranquilles, brèves rencontres d’Eve Babitz

5515-cover-stars-54fd5facc99c8Présentation de l’éditeur :

Un acteur qui fuit les studios le temps d’un match de base-ball et une starlette qui déteste sa célébrité, des plages californiennes et des bars où l’alcool coule à flot, Los Angeles… et Eve. Eve qui promène au coeur de ce monde son insolente sensualité et nous le raconte avec beaucoup d’esprit et une superbe légèreté. Hédoniste et éternelle amoureuse, Eve Babitz possède une voix sans égale et nous entraine à travers une ville frénétique comme un studio de cinéma et pétillante comme une coupe de champagne.

Merci aux éditions Gallmeister et au forum Partage-Lecture pour ce partenariat.

Mon avis :

Curieux objet littéraire que celui-ci. Est-ce un roman, un recueil de nouvelles ? Est-ce un ouvrage d’invention, une autobiographie à peine déguisée ? Le point commun entre tous ces textes, d’inégales longueur, est Eve, toujours présente mais jamais omniprésente, et ce mystérieux destinataire pour lequel elle écrit de courtes présentations en forme d’avertissement avant presque chaque chapitre.
Eve a des parents, Eve a une jeune sœur, plus belle qu’elle, plus mince, Eve a des amitiés, des amours, des amants, elle rencontre des personnes au milieu de fêtes où l’alcool et la drogue sont présents, où la mort par surdose de drogue est une possibilité parmi d’autres de quitter ce monde.
L’auteur est comparée à Francis Scott et Zelda Fitzgerald. Pour ma part, je la rapprocherai aussi de Dorothy Parker, avec quelques nuances. Fitzgerald est un chantre de la côte Est, des grandes villes, Eve Babizt est une jeune femme de la côte Ouest et surtout de Los Angeles. Cette ville, ceux qui y vivent, ceux qui en partent pour se rendre dans le « désert » (Palm Springs) ou au bord de la mer, ceux qui en subissent les conditions climatiques si particulières (Le Sirocco) sont le centre de ce livre. Le ton est léger, quoi qu’il arrive, que la narratrice visite des vignobles ou s’ennuie à avec ses hôtes. Rien ne semble grave, ni un divorce, ni un suicide, comme si les personnages (les personnes ?) étaient libres de choisir jusqu’au bout leur destin. étaient libres de choisir jusqu’au bout leur destin. Eve nous montre aussi un milieu artistique très vigoureux, avec ses créateurs, et ses actrices en devenir. Elle nous montre aussi des femmes « parfaites », ce qu’elle n’est pas, celles qui ont « tout », non sans humour.
Jours tranquilles, brèves rencontres est un livre à ne pas lire d’une traite, mais à déguster chapitre par chapitre, pour mieux apprécier la diversité de ces « brèves rencontres. »

Publicités

4 réflexions sur “Jours tranquilles, brèves rencontres d’Eve Babitz

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s